Archives de Catégorie: Utopie

L’INCLUSION: L’AFFAIRE DE TOUS!

Walmart coupe son programme d’intégration au travail pour les personnes handicapées ou autistes (et dans une tentative désespérée de R.P se perd en subtiles et oh combien inspirantes nuances sémantiques…)

Ils étaient déjà loin dans mon estime et nullement dans mes habitudes de consommation.
Désormais, j’ai mon tshirt FUCK WALMART.

Toutefois, je nous invite à prendre conscience de ce que leur geste odieux provoque comme constat: Les personnes en situations de handicap n’ont pas de place! Pas de choix et de bien piètres conditions de rémunération et de vie. 

Certes, couper un programme d’intégration dans une multi mérite l’indignation.

Mais je nous pose tout de même cette question:

Où sont les employeurs et entreprises locales pour les personnes autistes ou handicapées?

Pourquoi dépendons-nous d’une grrrrosse chaîne americaine?

Pourquoi ne sommes-nous pas capables d’offrir des postes, des opportunités diversifiés dans tous les milieux, à ces humains lumineux qui apportent autant qu’ils ne reçoivent?

L’inclusion c’est l’affaire de tous! PME comme les multinationales! Et pour faire de la business ici, ça devrait être un must!

Utilisons cette situation pour prendre conscience de nos failles, de la précarité dans laquelle les personnes en situation de handicap se trouvent et surtout pour améliorer nos pratiques!

Et j’invite les organismes, les commissions scolaires, les entreprises petites et dodues à devenir eux-même vecteurs de changement!

À très court terme: Que pouvez vous faire pour favoriser l’inclusion dans votre organisation?

Et en vrac, je me permets, parce que je suis une machine à utopies, de rêver ça,

1) sortons walmarde du Qc
2) créons des alternatives et opportunités inclusives p.a.r.t.o.u.t (en pub, fleuristerie, en festival, gaming, industriel, commercial, cinéma, service, construction etc)
3) Appuyons-nous sur des initiatives positives et inspirantes pour réussir l’inclusion
4) Permettons à ces personnes de contribuer dans la société, société qui est aussi la leur, qui est la nôtre, à TOUS et à TOUTES.
Finalement, pour des idées comment faire et des ressources d’organismes pour devenir une entreprise inclusive contactez Sur le Fil, Fondation pour l’Inclusion, Action Main d’Oeuvre, Destination Emploi!

Support_Neurodiversity_by_AspieAuty

Tagué , , , , ,

LES PASSIONS COMME MOTEUR D’APPRENTISSAGES

29060976_10156104486963830_2282375047584175025_o1.jpgFils I a un rêve : organiser une grande fête dans le gym de son école.

Depuis 2016, la réponse était non ou enfin c’est compliqué.
Ainsi, l’an passé, grâce au très généreux et talentueux DJ Frank, les profs des classes d’enfants autistes et quelques magnifiques alliées bénévoles, j’ai, avec mon fils, organisé une fête sensorielle dans sa classe.

Or, cette année, la directrice et l’OPP ont accepté de relever le défi et d’organiser la fête avec nous!

En avril, à l’école SF, aura donc lieu la grande fête en bleue pour célébrer la neurodiversité. Ouiiiiooouh!

Mon oiseau, enthousiaste et joyeux a fait preuve de beaucoup de persévérance et ne porte plus à terre! 

En restant attentif, on se rend vite compte que cette joie, qui peut s’apparenter à une obsession qu’on voudrait faire taire si on lui donne une biais négatif, est absolument porteuse!

En effet, mon frisé n’a jamais été, jusqu’à récemment, motivé à écrire et apprendre les sons est ardu.

Toutefois, en décembre dernier, alors qu’il insistait pour organiser un bal, j’ai utilisé cette fixation pour l’encourager à écrire avec le IPAD et compter. Chaque jour de décembre, il demandait à écrire.

Ainsi, lorsque j’ai eu la confirmation de la Fête en Bleu de SF, je lui ai partagé ma joie et ma fierté de voir son idée se réaliser. Il a alors déversé une myriade de questions en battant des ailes. Plutôt que de l’empêcher de le faire chaque fois qu’il le sent, c’est-à-dire environ 9 fois par jour, je lui ai suggéré des moments pour parler de la fête et lui ai proposé d’écrire avec lui toutes ses idées.

Eh ben! Qui sera surpris de lire que quand ça part du coeur et fait du sens, ça motive les troupes?

Cette grande fête en bleu est une immense motivation pour lui! Désormais, chaque matin et chaque soir, il me demande d’écrire et d’épeler des mots! En plus de le motiver à réaliser un défi majeur, ça canalise toute son excitation et satisfait son désir de parler de cet événement tant attendu!

Un jour on se regardera au passé, jugeant de la structure de pensée autistique, et on se dira, sti, m’semble que c’est juste logique: Les passions sont moteur d’apprentissages!

Ps. À ceux qui doutent des bénéfices de l’inclusion, vous trouverez sûrement votre mois d’avril plus terne que tous les enfants des écoles qui célèbrent la différence.

 

29060976_10156104486963830_2282375047584175025_o.jpg

Tagué , , , , ,

Messieurs les sinistres libéraux

En 2016, de manière non partisane et quasi systématique, j’ai participé à tous les panels, tournages et points de presse politiques auxquels on me conviait et auxquels il m’était possible de me joindre.

Depuis la réélection des libéraux, les coupures dans le système public sont arbitraires et désormais courantes. On se targue, là haut, chez les bruns, de surplus en faisant des économies misérables sur le dos des personnes les plus vulnérables et en affaiblissant le filet social qu’on a choisi de tisser collectivement depuis plus de quarante ans.

Lire la suite

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

Bonheur à la frontière

Mercredi est jour d’école à la maison et surtout jour de transition entre chez papa et maman pour mes fougueux.

La traversée de la frontière est souvent accompagnée de fébrilité, de larmes que j’étouffe dans un sourire ou que j’essuie doucement en bouffant les joues parfaites de mes deux petites utopies.

Nous nous quittons chaque fois, après une série d’immenses câlins,  en formant des cœurs avec nos doigts et en traçant des coeurs sur nos poignets, qu’on remplit ensuite de bisous. Pour les urgences. Pour la semaine.

Lire la suite

Tagué , , , ,

UN VILLAGE

« Ça prend tout un village… » Pour réussir l’inclusion.

Et c’est ce qui rend l’exercice si magnifique!

Fils I: Joyeux petit personnage d’amour et de frisous vit la 1ère expérience d’inclusion d’un enfant autiste en classe régulière à l’école alternative Rose-des-Vents.

Chaque jour, un enfant choisit de passer la récréation avec lui afin de vivre un succès social réciproque.

– Est-ce toujours facile?

– Non! répondent-ils!

– Pourquoi le faites-vous?

– Parce que je l’aime Maël! Je veux qu’il joue avec nous! Pas qu’il reste tout seul! Parce que c’est important de l’aider maintenant pour qu’il réussisse plus tard!

– Tu apprends quoi, toi?

– J’apprends à être son ami. J’apprends c’est quoi l’autisme!

Ils ont 7 et 8 ans.

Ils comprennent le sens, les bénéfices et l’enjeu.

Si. Seulement…

Plutôt, que d’être étouffé par des atrophiés-du-possible-aux-incohérences-comptables, notre projet de société était propulsé par des enfants…ou enfin des politicienNES grandEs, immenses comme eux.

Si seulement on s’aidait doucement.
Ensemble un peu.

*****

Note:

La poursuite de cet espoir d’une éducation inclusive cohérente à la politique instaurée en 1999 est compromise par les coupures actuelles en éducation.

Investissons en éducation!

Investissons dans le potentiel des enfants au cheminement atypique!

Lire & Signer le MANIFESTE

#Ensemble

20160111_090619.jpg

Tagué , , , , ,

Du souffle dans la côte OU se bouger pour botter le cynisme

Mon premier débat:

Ce soir a lieu mon premier débat en terre politique.

La politique scolaire est, à mes yeux, un levier supplémentaire, un outil parmi plusieurs, me permettant de contribuer aux changements que je veux voir poindre, une suite naturelle de mon engagement de maman et citoyenne militante.

Idéalement, j’aurais eu le temps, un à un, s’il le faut, d’échanger avec vous et de vous convaincre de la valeur de la démocratie scolaire, du travail des commissions scolaire et surtout de l’importance qu’on se bouge tous ensemble pour notre système public d’éducation. (Encore plus dans le contexte politique actuel et le mépris considérable qu’on reçoit du gouvernement et des caquistes qui se pètent les bretelles de boycotter! Bel exemple venant d’un élu. Vous savez, quelqu’un dont le mandat, le travail est justifié par l’acte démocratique! Anarchie mon beau François! Anarchie!)

Mais jeeeeez! Ma campagne est un marathon de 30 jours et et je vois flou tellement ça bouge vite ;)).

Je vous écris donc, en masse et en large, la face et le verbe remplis de mon optimisme habituel, en espérant que le pigeon atteigne la cible, qu’il vous titille et vous incite.

À quoi? Poser des questions, vous déplacer ce soir au débat, lire, m’écrire et surtout à noliser des bus pour aller voter le 2 Novembre.

Oui, je suis avec Priorité Écoles. Un petit nouveau qui donne du souffle dans les eaux stagnantes à la CSDM. Mais, au delà des allégeances, il y a le geste et sa valeur. Votre vote, peu importe à qui vous l’offrez, c’est un cadeau qu’on se fait!

Équipe Priorité Écoles

Pour reprendre les paroles de mon collègue Jean-Pierre Lord, candidat dans Rosemont:

« Le faible taux de participation aux élections scolaires ne prouve qu’une chose : la profonde méconnaissance de notre système…

Le cynisme ambiant ne fait qu’encourager la décadence. Le cynisme est utile au débat public quand il permet d’éclairer la conscience de l’autre. Actuellement, il justifie de sabrer tout à la va-vite sans consulter personne…
À Priorité ÉCOLES, nous sommes prêts à discuter avec ouverture aux propositions du gouvernement. Mais pour y parvenir, nous devons être à l’écoute des acteurs du milieu.

Devrait-on rappeler au ministre qu’il a été élu avec 29% des voix? Je suis d’avis qu’il faut écouter ceux qui se prononcent. Les absents auront toujours tort. Il est plus judicieux que les commissaires soient élus sur la base de l’opinion de ceux qui s’y intéressent au premier chef.

À ce compte, toute personne qui vote le 2 novembre mérite qu’on défende leur voix!

L’avenir de nos enfants, c’est maintenant. Le ‪#‎2novembre‬, votons! »

Tagué , , , ,

En miettes su’l trottoir…

Hier, j’ai croisé une femme, échevelée, en larmes…Ses miettes étaient ramassées près d’un parco qui attirait l’attention plus que sa douleur.

J’étais au téléphone. Je l’ai regardée en me sentant impuissante et j’ai passé ma route. Puis, 11 pas plus tard. J’ai vibré.

«Il ne suffit que d’une personne»

J’ai éteint mon cell.
J’ai rebroussé trottine et je me suis posée à coté d’elle sur l’asphalte humide, dans sa brume de bière cheap et son chaos de verbes…

Il a plu pas mal hier. Elle n’allait pas bien du tout.

En m’arrêtant, je n’ai rien changé dans la vie de cette fille. Elle ne voulait pas de mon aide éphémère ni de mes questions…je n’étais pas significative.

Elle est restée assise. Elle a sûrement beaucoup pleuré encore après mon départ et ma piasse n’a pas fait sa soirée…

Pendant 11 minutes nous nous sommes rappelées que nous étions humaines et que sa peine était entendue.

Je n’écris pas ceci pour culpabiliser l’inaction ni pour offrir de la visibilité à mon empathie…mon empathie se fout d’avoir un public. S’arrêter n’a rien d’héroïque. J’écris ce fragment de vie montréalaise banale parce que je nous sais souvent, devant la peine ou la violence, au fond du cœur trop volontaires et dans nos gestes trop immobiles. Nos interventions ont le droit d’être humbles, d’être discrètes ou maladroites…mais elles doivent, selon moi, être.

Des larmes aussi intenses ne devraient pas être vécues dans l’indifférence générale, peu importe la source.

J’avoue aussi que je sème ce que j’aimerais récolter; Si je me trouve par terre un jour, grise et mouillée, brisée et vulnérable à m’essuyer le désespoir près de vos chaussures à deux cent piasses: j’espère un peu, juste un tout petit peu, qu’une personne s’arrêtera pour ne rien dire, humblement, en acceptant qu’elle ne changera pas le cours de mon récit, simplement pour m’offrir sa compassion.

Peu importe les mauvais choix, les maladresses, les hasards louches…j’espère que je croiserai alors la personne qui éteindra son cell en s’asseyant dans un souvenir de pluie pour me rappeler que même pas chic et un peu crasse, j’existe encore.

Tagué , , , , , ,

Durer n’est plus suffisant…

«Plus on est conformiste, plus on est dangereux.»

Mine de rien, il le balance.
Il porte une barbiche et un costard. Il échange avec une voix posée aux accents normatifs et semble appartenir à une classe intello lointaine…
Les plus libres ne sont pas toujours les plus spectaculaires.

Albert Jacquard.

Ce grand-papunk (vouiii j’aurais aimé l’adopter! Le rencontrer d’abord, l’adopter ensuite! 😉 a étudié beaucoup, s’est conformé souvent et refusé tout autant. Il s’est construit en se heurtant, en observant, en collaborant surtout et en se détournant de ses propres évidences. Il a marché l’époque, la sienne et la nôtre, en planquant ses yeux dans ceux de l’espoir et de la suite. Il a su gardé ses idées en mouvement, son utopie vivante et émancipée de tout cynisme.

**

Mon utopie

Ce livre a beaucoup inspiré l’orientation alternative de nos choix familiaux en matière d’éducation (entre autre). Barbouillé, griffonné. Je le (re) lis comme je lui parlerais.

Alors que fils I s’endormait encore dans une poussette et que le quartier ne pullulait pas de petits cafés et de bars courus (0 nostalgie, juste un constat pour se mettre les pieds à la bonne place sur la TL), assise au Parc Morgan, la face dans le soleil, entre un kit de canettes, un mec en costume d’anarchiste et un vieillard endormi (qui avait vidé les canettes…), j’ai rencontré, pour la première fois, les idées immenses d’Albert Jacquard.

Ce livre, que je relis aujourd’hui, nourrit à nouveau ma réflexion et stimule aussi l’évolution du document fondateur de Sur le Fil, Fondation pour l’Inclusion.

«Il faut mettre la société au service de l’école; pas l’école au service de la société. Il faut être au service de l’intelligence qui évolue et rappeler aux êtres qu’ils se construiront grâce aux autres, en collaboration et non pas en compétition.»

Ensemble.

Je suis les liens que je tisse; cette interdépendance globale, et non pas seulement propre à notre espèce, est bénéfique. Lorsque nous le reconnaissons, notre vulnérabilité devient constructive. En fait, je crois profondément que cette vulnérabilité est magnifique et nécessaire…

Humblement humain, nos limites sont franchissables par la confrontation, l’audace, l’entraide et au contact des failles & forces de l’autre. Au contact de la différence…

L’éducation en tant que valeur prioritaire, fondement du nous ou en tant que système?

Le système m’apparaît désormais comme une entité-point de fuite- qui nous permet de justifier notre déresponsabilisation et inaction collective face à une valeur qui nous appartient et nous définit.

Alors que nous tendons vers la performance, que l’éducation réclame un ralentissement, des câlins et beaucoup d’investissements, que nos institutions moisissent et qu’elles témoignent de notre désintérêt (de nous même, de la suite?), rêver, proposer et agir devient d’autant plus nécessaire.

L’éducation devrait-elle subordonner ou inspirer? Que faire des atypies, qui deviennent, de plus en plus, la norme?
Ne devrions-nous pas éviter de reprendre systématiquement le modèle parce qu’il a fait ses preuves une fois. Sans nier les bénéfices de l’expérience et la valeur de certains éléments des structures en place, acceptons l’inconfort et le chaos que génèrent l’essai et la nouveauté. Osons la collaboration, la vulnérabilité et l’incertitude.

Sur le fil, l’équilibre se négocie à chaque respiration, chaque pas, et on est une gang en suspend…
«Durer, n’est plus suffisant…»

Tagué , , , , , , , , , , ,