Archives de Catégorie: Différence

L’INCLUSION: L’AFFAIRE DE TOUS!

Walmart coupe son programme d’intégration au travail pour les personnes handicapées ou autistes (et dans une tentative désespérée de R.P se perd en subtiles et oh combien inspirantes nuances sémantiques…)

Ils étaient déjà loin dans mon estime et nullement dans mes habitudes de consommation.
Désormais, j’ai mon tshirt FUCK WALMART.

Toutefois, je nous invite à prendre conscience de ce que leur geste odieux provoque comme constat: Les personnes en situations de handicap n’ont pas de place! Pas de choix et de bien piètres conditions de rémunération et de vie. 

Certes, couper un programme d’intégration dans une multi mérite l’indignation.

Mais je nous pose tout de même cette question:

Où sont les employeurs et entreprises locales pour les personnes autistes ou handicapées?

Pourquoi dépendons-nous d’une grrrrosse chaîne americaine?

Pourquoi ne sommes-nous pas capables d’offrir des postes, des opportunités diversifiés dans tous les milieux, à ces humains lumineux qui apportent autant qu’ils ne reçoivent?

L’inclusion c’est l’affaire de tous! PME comme les multinationales! Et pour faire de la business ici, ça devrait être un must!

Utilisons cette situation pour prendre conscience de nos failles, de la précarité dans laquelle les personnes en situation de handicap se trouvent et surtout pour améliorer nos pratiques!

Et j’invite les organismes, les commissions scolaires, les entreprises petites et dodues à devenir eux-même vecteurs de changement!

À très court terme: Que pouvez vous faire pour favoriser l’inclusion dans votre organisation?

Et en vrac, je me permets, parce que je suis une machine à utopies, de rêver ça,

1) sortons walmarde du Qc
2) créons des alternatives et opportunités inclusives p.a.r.t.o.u.t (en pub, fleuristerie, en festival, gaming, industriel, commercial, cinéma, service, construction etc)
3) Appuyons-nous sur des initiatives positives et inspirantes pour réussir l’inclusion
4) Permettons à ces personnes de contribuer dans la société, société qui est aussi la leur, qui est la nôtre, à TOUS et à TOUTES.
Finalement, pour des idées comment faire et des ressources d’organismes pour devenir une entreprise inclusive contactez Sur le Fil, Fondation pour l’Inclusion, Action Main d’Oeuvre, Destination Emploi!

Support_Neurodiversity_by_AspieAuty

Tagué , , , , ,

LES PASSIONS COMME MOTEUR D’APPRENTISSAGES

29060976_10156104486963830_2282375047584175025_o1.jpgFils I a un rêve : organiser une grande fête dans le gym de son école.

Depuis 2016, la réponse était non ou enfin c’est compliqué.
Ainsi, l’an passé, grâce au très généreux et talentueux DJ Frank, les profs des classes d’enfants autistes et quelques magnifiques alliées bénévoles, j’ai, avec mon fils, organisé une fête sensorielle dans sa classe.

Or, cette année, la directrice et l’OPP ont accepté de relever le défi et d’organiser la fête avec nous!

En avril, à l’école SF, aura donc lieu la grande fête en bleue pour célébrer la neurodiversité. Ouiiiiooouh!

Mon oiseau, enthousiaste et joyeux a fait preuve de beaucoup de persévérance et ne porte plus à terre! 

En restant attentif, on se rend vite compte que cette joie, qui peut s’apparenter à une obsession qu’on voudrait faire taire si on lui donne une biais négatif, est absolument porteuse!

En effet, mon frisé n’a jamais été, jusqu’à récemment, motivé à écrire et apprendre les sons est ardu.

Toutefois, en décembre dernier, alors qu’il insistait pour organiser un bal, j’ai utilisé cette fixation pour l’encourager à écrire avec le IPAD et compter. Chaque jour de décembre, il demandait à écrire.

Ainsi, lorsque j’ai eu la confirmation de la Fête en Bleu de SF, je lui ai partagé ma joie et ma fierté de voir son idée se réaliser. Il a alors déversé une myriade de questions en battant des ailes. Plutôt que de l’empêcher de le faire chaque fois qu’il le sent, c’est-à-dire environ 9 fois par jour, je lui ai suggéré des moments pour parler de la fête et lui ai proposé d’écrire avec lui toutes ses idées.

Eh ben! Qui sera surpris de lire que quand ça part du coeur et fait du sens, ça motive les troupes?

Cette grande fête en bleu est une immense motivation pour lui! Désormais, chaque matin et chaque soir, il me demande d’écrire et d’épeler des mots! En plus de le motiver à réaliser un défi majeur, ça canalise toute son excitation et satisfait son désir de parler de cet événement tant attendu!

Un jour on se regardera au passé, jugeant de la structure de pensée autistique, et on se dira, sti, m’semble que c’est juste logique: Les passions sont moteur d’apprentissages!

Ps. À ceux qui doutent des bénéfices de l’inclusion, vous trouverez sûrement votre mois d’avril plus terne que tous les enfants des écoles qui célèbrent la différence.

 

29060976_10156104486963830_2282375047584175025_o.jpg

Tagué , , , , ,

La famille oiseau

Lorsque nous mangeons le soir, fils I se concentre sur ce qui se trame à l’intérieur.

Entre deux bouchées trop grosses et un souvenir, il fixe le plafond en battant des bras pour classer les infos et les stimulis de sa journée.

Fils II et moi respectons son silence (…en parlant beaucoup beaucoup…ce qui limite la prise de parole des plus tranquilles, j’en conviens…)

Orrr, il y a peu…fils I a parlé en soupant. 😮
Beaucoup. Il a partagé des détails de sa journée. Des sensations.

Fidèle au poste, la face dans la sauce, j’ai braillé sans prévenir.
Il m’a souri et il a pleuré aussi.
Puis on a trié les excès en battant des bras…

On ne sait jamais les cadeaux qu’on reçoit quand on enfante.

Quand les caractéristiques de notre marmaille confrontent la norme, on a le choix en toutes situations de les voir crochus et de s’acharner pour les retordre à contre sens ou de nourrir leur unicité, d’ouvrir et…pourquoi pas de battre des bras pour célébrer les détails..

#BirdFamily
#ILoveSomeoneWithAutism

14614301_10154511714223830_847262418_o

 

Tagué , , , , , , ,

Messieurs les sinistres libéraux

En 2016, de manière non partisane et quasi systématique, j’ai participé à tous les panels, tournages et points de presse politiques auxquels on me conviait et auxquels il m’était possible de me joindre.

Depuis la réélection des libéraux, les coupures dans le système public sont arbitraires et désormais courantes. On se targue, là haut, chez les bruns, de surplus en faisant des économies misérables sur le dos des personnes les plus vulnérables et en affaiblissant le filet social qu’on a choisi de tisser collectivement depuis plus de quarante ans.

Lire la suite

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

UN VILLAGE

« Ça prend tout un village… » Pour réussir l’inclusion.

Et c’est ce qui rend l’exercice si magnifique!

Fils I: Joyeux petit personnage d’amour et de frisous vit la 1ère expérience d’inclusion d’un enfant autiste en classe régulière à l’école alternative Rose-des-Vents.

Chaque jour, un enfant choisit de passer la récréation avec lui afin de vivre un succès social réciproque.

– Est-ce toujours facile?

– Non! répondent-ils!

– Pourquoi le faites-vous?

– Parce que je l’aime Maël! Je veux qu’il joue avec nous! Pas qu’il reste tout seul! Parce que c’est important de l’aider maintenant pour qu’il réussisse plus tard!

– Tu apprends quoi, toi?

– J’apprends à être son ami. J’apprends c’est quoi l’autisme!

Ils ont 7 et 8 ans.

Ils comprennent le sens, les bénéfices et l’enjeu.

Si. Seulement…

Plutôt, que d’être étouffé par des atrophiés-du-possible-aux-incohérences-comptables, notre projet de société était propulsé par des enfants…ou enfin des politicienNES grandEs, immenses comme eux.

Si seulement on s’aidait doucement.
Ensemble un peu.

*****

Note:

La poursuite de cet espoir d’une éducation inclusive cohérente à la politique instaurée en 1999 est compromise par les coupures actuelles en éducation.

Investissons en éducation!

Investissons dans le potentiel des enfants au cheminement atypique!

Lire & Signer le MANIFESTE

#Ensemble

20160111_090619.jpg

Tagué , , , , ,

Il préfère les talons hauts

Dans nos têtes de grands, il y a un temps pour le jeu, un temps pour la vie.

Or, dans la tête de nos petites utopies, ces frontières n’existent pas.
La vie est un jeu.

Je suis une maman Peter Pan.
Un pirate qui fait son possible dans le grand remous du quotidien.

On me le me reproche souvent d’ailleurs; de trop et de ne pas assez.

Trop de questions. Trop de doutes. Trop d’amour. Trop agressive. Trop sensible. Trop de mots. Trop d’énergie. Trop brute. Trop têtue. Trop intense. Trop d’imagination…

Trop. Annick, c’est trop.

On dit que la pomme ne tombe pas loin de l’arbre…

Quand je portais mes fruits, je me caressais la peau du nombril comme on flatte la lampe du génie en répétant « je souhaite générer des punk, des audacieux, des entêtés, des différents, des esprits libres!»

Mes fruits sont tombés.
Ils sont indéniables. Vivants, bruyants, imparfaits, surprenants, hors normes.

Crédit, Sage Rebelle Photo
—————————-

Je porte fièrement mon t-shirt I love weirdos 😉

On est donc trois trop. Chez nous, malgré les heurts et le bruit, on a ben du fun et on fait pas mal de miles sur les réflexions que notre triangle stimule.

On médite beaucoup sur la norme et les réflexes arbitraires de catégorisation, les étiquettes.

Ainsi, en plus de mon attachant petit poète aux bouclettes sucrées, enfant autiste, j’éduque une princesse-goaler qui botte des culs, des stéréotypes et tous les concepts du genre des jeux.

Que les géants du marketing séparent les intérêts des enfants par couleurs gars-fille, chez nous, depuis toujours, on s’en bat le moignon et on fait ce qu‘on veut.

Laisser son héritier masculin jouer avec des légos roses et quelques froufrous en privé peut, peut-être, encore passer pour plusieurs. T’sais si ça reste anecdotique et qu’il tripe quand même sur les camions…

Entre deux haussements d’épaules qui se veulent détachés, on investit quand même plein d’espoir que cet intérêt pour les couleurs de fille ne fera pas de lui une fifi qui tripe su’l ballet et on se surprend à pousser quelques blagues qui nous rappellent que 2015 n’est pas si loin de 1950…

Or, mon fils s’habille en princesse, parfois en fille (aux goûts douteux!) et oui, il sort de même.

Et dont mess with my princesse

Pour rassurer les gens qui parfois le toisent avec un regard oscillant entre perplexité : «tu laisses sortir ton fils de même?» et admiration «oh! Il est mignon! Bravo de ne pas vous en formalisez», je leur dis que je ne suis même pas inquiète. Qu’il est encore petit. Qu’il y a de forte chance que ça lui passe et sinon ben basta! Il saura que sa famille n’est pas répressive et qu’il a le droit entier d’être lui, tout lui!

Humblement, surtout, je n’en sais rien. Je ne sais pas si ça lui passera. Et n’espère rien non plus. Je lui souhaite le meilleur et la totale et agis en fonction.

Même si je sais ben, que si vraiment mon fils est une fille ou une princesse pour toujours…il ne l’aura pas facile…

Mon fils s’habille en princesse depuis lurette, il aime se coiffer comme une fille, il préfère les chaussures à talons qu’il salit dans la bouette, il se fout des standards, des regards. Ses comportements sont ouverts, non genrés…hors normes et plein d’arrogance affirmée et libre.

Même si je lui explique que techniquement, il n’est pas une fille, que je lui présente les faits, je lui laisse l’espace pour être, explorer. Alors, fils 2 maintient son propos et nuance :

«Maman, dans mon corps je suis un garçon, dans mon coeur je suis une fille.»

Je trouve cet équilibre sensible et magnifique.

Nos enfants se construisent en observant, en s’opposant, en créant et osant. Bien plus qu’avec nos mots, ils apprennent par la cohérence de nos gestes et l’alignement de nos valeurs.

Ils arrivent à coeur ouvert dans le monde qu’on leur offre et leur vision se teinte de nos peurs, nos valeurs, nos vieux bagages et nos balises de grands qui perdent du souffle dans la côte.

Ainsi, si je me fie à l’héritage naturel de ce petit paquet humain que mon utérus a gossé, je n’ai pas à lui enseigner l’ouverture. Il est sans à priori et ouvert.

Pour rester vivante et parce que mes fils m’offrent chaque jour l’opportunité de décapiter des réflexes de protection inargumentables, je leur laisse le loisir de me confronter.

Ainsi, pour tester la cohérence entre mes élans lyriques et ma siiii vertueuse ouverture, sur le terrain, mon fils a choisi, en guise de chaussures estivales, «des petites chaussures de filles». À l’achat, alors que j’ai chocké pour des typiques sandales bleues, j’ai réfléchis et me suis fait ce pacte : En lui offrant support et explications, je me promets de laisser, au maximum, libre cours aux excentricités de mon fils. Dans l’espoir de calmer mon anxiété maternelle pour la suite du monde je n’imposerai pas à son éducation les stéréotypes qu’on m’a inculqués, j’accepterai de poser un regard nouveau sur le genre et oserai avec lui transgresser des frontières et vivre avec certains malaises.

Le jugement d’autrui il y sera exposé de toutes manières, aussi bien saisir l’opportunité de lui enseigner à le confronter ou à s’en battre les couilles maintenant.

L’identité de mes enfants n’est pas définie par leurs choix d’activités, les couleurs, les jeux qu’ils préfèrent et les vêtements qu’ils portent. Leurs choix ou personnalité actuels ne sont pas immuables.

Je sais que mes enfants changent et tous les jours je leur laisse le loisir de se réinventer.

Genrer est céder à la peur irrationnelle de non conformité et c’est offrir cette peur de la différence, de l’audace en héritage à ses enfants.

Malgré que oui, un certain trouble lié à l’identité et aux stéréotypes existe en moi, je refuse qu’il soit moteur de leur éducation.

Ainsi, désormais, quand quelqu’un demande pourquoi il est habillé en fille, parfois mon fils ne se retourne pas et je le laisse tranquille, mais parfois, je redirige la question.

Et il répond alors comme un chef :

«Parce que j’aime ça!» dit-il en poursuivant son chemin.

Ainsi, quand je vois ce fils se tenir debouttt du haut de ses presque 4 ans en enfilant sa robe, ses talons pour aller jouer au hockey et affirmer ce qu’il aime, ce qu’il veut en se foutant pas mal des attentes et des petits malaises des autres gars de la ruelle, je me rassure.

Je me répète qu’il a du culot pour tout ceux qui baissent les yeux, que tout est parfait et malgré l’incertitude, j’apprends.

Tagué , , , , , , , , , ,

POLITIQUEMENT SEXY

Mes couilles et moi avons décidé qu’on avait ce qu’il fallait pour rocker mon agenda de mono-maman-entrepreneur en passant de citoyenne-politico-poétique à un engagement réel dans la vie politique.


Les mains dans la bouette et la face sur une pancarte, je me lance.

Malgré les questionnements fort légitimes sur nos commissions scolaires et les fonctions qui y sont reliées, malgré la trouille qui me chicotte le bas du ventre (en fait c’est même principalement pour ça que je me lance), dans les deux prochains mois, je réaliserai ma première campagne électorale en me présentant au front comme commissaire scolaire dans Centre Sud.

ma face et le pad dge 2014 noir et blan


Politiquement sexy.

J’ai choisi de me présenter évidemment parce que c’est glamour et payant!
Parce que la commission scolaire est une institution estimée par les citoyens et le gouvernement.
Parce que le système d’éducation va bien & que la démocratie scolaire est TOP SHAPE. (7% de votes, c’est assez pour se péter les bretelles sur un mandat et prendre des décisions obscures en caucus fermé)

Je le fais aussi parce que le taux de réussite de nos enfants est élevé.
Que les profs ont tout ce qui leur faut dès le début de l’année scolaire.
Qu’on est assez responsables et intéressés collectivement à ce qui se passe dans nos écoles (les assemblées générales débordent d’enthousiastes)
Que notre ministre de l’éducation croit profondément au système public d’éducation
Et qu’on investit suffisamment dans le potentiel des enfants au cheminement atypique…

Je le fais parce que c’est politiquement et socialement sooo sexy! (Rrrreaally? o_O)


Sincèrement, j’alterne entre enthousiasme et excema sur l’oesophage.

Et malgré (tout) ça.
Je choisis de m’impliquer.
Sans cynisme (mine de rien) ni aspirations héroïques.

J’avance dans le processus avec un mélange d’arrogance et d’humilité.

Je le fais dans l’espoir de mettre mes forces en communications, intervention et réseautage au service des citoyens, des écoles. Je me lance en souhaitant contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des écoles en favorisant la collaboration entre les différents acteurs locaux.


Vous voterez peut-être!

Je sais que vous, vous et vous aussi sûrement, n’avez encore jamais voté aux élections scolaires.

Avant cette année, je m’en fichais pas mal en fait et l’effort fourni pour m’informer et encourager ma participation n’était pas très virulent…

Les moyens sont limités au scolaire et on ne sait que trop peu que TOUS les citoyens d’un arrondissement peuvent aller voter. Mine de rien, directement ou indirectement, nous payons tous les taxes scolaires qui servent à soutenir cette administration. En votant, on oriente l’action et on démontre que ce qui se trame dans nos écoles, on y veille et s’y intéresse.

Sincèrement, j’ai pas mal de croûtes à manger et j’ai faim 😉
Et je serai ravie si je suis obligée de répondre à vos questions. Il me fera plaisir que mes idées soient confrontées de manière intelligente et constructive (on peut rêver!). Travailler en politique c’est, à mon sens, avoir une vision pour sa communauté tout en acceptant de la confronter à celles des autres et surtout de travailler avec les gens.

Je ne m’implique pas pour le pouvoir (parce qu’un commissaire en a pas tant que ça tout seul!)
Je m’implique dans la foulée de mon engagement dans le milieu de l’éducation (Mon fils, Sur le Fil et Manifeste) un peu par la force des choses…parce que je crois sincèrement qu’ensemble on peut remuer assez pour faire émerger le meilleur et surtout parce que je sais que c’est nécessaire.


Le 2 novembre, cette année, vous ferez peut-être différemment…

Maël debout dans le soleil


P.S

Si jamais vous avez envie de m’offrir câlins, gardiennage, bouteille de vin, massothérapie ou adjointe administrative. Je n’émets pas de reçu (sauf pour des dons à mon engagement politique 😉 , mais je peux vous frencher avec beaucoup de gratitude…

(Je le concède cette fin de pitch est douteuse, mais oh! Combien attachante! Hum?)

Tagué , , , , , , , ,

Laisser entrer le vent…

Magnifique. Magnifique. Magnifique.
J’ai couiné.

La déception ou le deuil, face au diagnostique ou à la différence de son enfant, vient beaucoup de ce que l’on a osé rêver sans lui, pour lui. En amont de sa naissance, et tous les jours qui nous lient à son p’tit soleil, on lui fait un tracé lumineux, sur un sentier qu’on présume idéal.

Avec ce que l’on porte d’histoires, d’espoirs et d’échecs depuis notre propre genèse, on souhaite secrètement, ou de manière plus exubérante pour certains, qu’il torche l’espèce au gran’ complet et que sa vie soit douce. Sans heurt, ni fracas.

Parfois, les enfants auxquels on offre le souffle ont une autre proposition.

Ils débarquent dans nos vies avec leurs petites valises. Ils sont, font, rêvent, affirment, confrontent, perturbent. Ils troublent le «pedigree» de l’espèce et viennent foutre une baffe à l’égo humain.

On a alors le choix de nos réactions : la déception, la résignation, la colère, le refus.

Ou laisser entrer le vent. Assumer de vivre pour toujours avec l’incertitude…et d’aimer as is.

On apprend alors à aimer sans se projeter et malgré nous la magie fait sa job de paillettes. On évolue, les pattes au présent, le vulnérable affirmé et découvre une route que seul ce petit improbable sait tracer.

Tagué , , , , , ,

On se la sort; Hommage au pirate

Quand le soleil se tanne de n’pas avoir été, en Hochelagadie, on se réjouit drett à la pointe de son audace en se la montrant.

Au complet.

Pas de bretelles. Pas de tabous d’aisselles ni de doute sur le format ou la tension de l’épiderme. On se la sort. Point.

BÉdaine d’abord on se retrouve dehors, l’origine de quelques-uns exhibée et fière. Comme si on était toute la gang su’l balcon de l’un.

Élément du patrimoine local, que dis-je véritable légende, ma préférée (bÉdaine rappelle-je!) est, sans z’aaaaucun doute celle du pirate uni-jambiste et hirsute. Homme-marge, à la peau de cuir, au vécu pas liché, il pose souvent sa patte droite de plastique, indépendamment du reste de son corps, sur le banc public. Paradoxe d’attachantitude malgré l’air qu’il se donne, assez pour prendre un pli, il nous pousse la chansonnette, cigarette au bisou en s’arrêtant parfois pour nous offrir une parabole butchée.

Pendant plusieurs années, nous avions un violoniste à trois cordes-trois tounes. Il grinçait partout dans le quartier avec passion en faisant des shifts de 12h sous la pluie. Mark qu’il s’appelait (il me semble! Demandez à mon fils, c’est lui la mémoire des prénoms)

L’Homme-Violon

On l’a perdu.

Notre pirate crie doux. Comme quelques autres d’ailleurs, ils mettent du vif sur le bitume et veillent, sur nous passants et dormeurs. Étrangement ou candidement peut-être, plus que le silence d’une ville qui fait trop de ménage, ces êtres me charment et me rassurent…

 

Tagué , , , ,

ENTREVUE LA PRESSE

À la suite de la publication du Manifeste pour une Éducation Inclusive & Cohérente, co-signé initialement par 13 personnes, professionnels, parents, chercheurs, artistes et autistes, Christian Merciari, journaliste éditorial à La Presse m’a reçue en entrevue, le 10 avril dernier.

L’entrevue permet de faire un survol de certaines observations et  idées qui ont menées à cette première mobilisation, à laquelle vous pouvez contribuer en signant le Manifeste. Cette démarche vise à sensibiliser, entre autre la population à la réalité vécue dans les écoles, à valider le potentiel de nos volontés et à encourager ultimement des changements à la source.

À ce jour, nos actions ont permis d’ouvrir le dialogue avec deux comissions scolaires et les milieux syndicaux. Le chemin est long, le système est dense, mais nous percevons une ouverture.

Un pas à la fois…

La Presse, 10 avril 2014

Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo de l’entrevue 
SIGNEZ LE MANIFESTE

Tagué , , , , , ,