Archives de Tag: Montréal

PIZZA & CONSENTEMENT

Au retour d’une fête faste et bubbly, je rentre au bercail, éméchée joliement et affamée.
En traversant l’un des très peu respectés passages piétonniers de la rue St-Laurent, je vois dans mon angle mou, l’une de nos nombreuses institutions de pizza à croûte cheap.
J’analyse mes options de foie gras dans des choux de Bruxelles ou de poutine livrée chaude.
Nulles

Je fonce donc sur la pizzéria, déterminée à me gaver comme un nourrisson sur sa première têtée.
Un troupeau de mecs occupe le lobby crasse, (ils squattent la fucking porte).
D’autres types épars gisent le long du mur en louchant.
J’ai la sensation de pénétrer un club privé version glauque…

Lire la suite

Tagué , , , , , ,

Savoir accueillir…

Dans la nuit du 17 juillet, un grand jeune homme mince, furtif et délicat est entré chez moi par effraction. (encore!)

No VIP pass. No invitation. No password! No nada.

Les chambres de mes petites utopies étaient vidées de leur contenu, entreposé dans la mienne pour cause de « peinture rose-fraiche et peinture turquoise-rafraîchie ».

Mon matelas était donc posé à l’étage pour la semaine de rénovation infantile. Parmi l’amas de touttt ce qui débordait, je somnolais comme un bébé allaité quand, vers 03h30, on entra dans mon salon (en fait, l’intrus a presque posé un pied sur le jarret de mon monsieur tant le matelas fusionnait avec la porte!).

Heureusement pour bibi, notre présence a compromis son enthousiasme et il est passé par dessus le mur de béton dans une enjambée olympique; le temps que mon coeur fasse un peu d’arythmie, assez pour me booster d’adrénaline pour les semaines à venir. 

Ainsi, depuis plus d’une semaine, malgré le fait que je sache rationnellement que ce n’est pas plus dangereux maintenant qu’il y a un mois, je dors avec un oeil ouvert. Je veille comme une maman ours, barreaux aux fenêtres, batte de baseball et cell à la main.
Prête à fesser comme une furie sur quelconque aléatoire intrusif.

Quand la ligne imaginaire de notre sécurité est transgressée, on a l’instinct furex et le territoire irritable. Faut donc pas chercher le trouble…

Hier, donc, soit 10 jours plus tard, je m’endormais tardivement, quand vers 01h15, j’entends la «pile de bruits», que j’ai placée devant ma porte d’entrée, faire une translation grinçante sur la céramique…

En termes clairs: «Ciboire! Quelqu’un ouvre ma fucking porte!»

Myope. Prompte. Maternelle. En apnée ET affolée, je bondis sur mon kit de wanna be walkirie d’Hochelag et monte mon escalier vers la source du bruit deux marches à la fois en hurlant aouiiiioooooh! Prête à je ne sais pas quoi comme kata louche…

Après une série de cris s’apparentant à une ambulance, l’intrus dit, avec un accent plutôt sexy, une voix rassurante et les mains en l’air: « Annick! Mais Annick! »

Je lui lance mon cell (zéro menaçant!) et me jette dessus.

Monsieur!?
Mon monsieur!!

Mon monsieur était débarqué en surprise! Sans préavis.

J’ai donc perdu 2lbs de stress, testé mes réflexes primitifs et confirmé qu’en cas de face à face avec un loup, ce n’est pas mon Boudha-intérieur qui prend le contrôle…

Ainsi, ce matin, fils II m’a demandé avec un air troublé: pourquoi j’avais crié comme une ambulance durant la nuit et si j’avais assommé un voleur…

Question d’arriver à dormir et pour éviter que mon monsieur ou une amie qui a les clés se retrouvent la face en sang, je pose une alarme et reprends la méditation…

Toutefois, si vous croisez le furtif du village, suggérez-lui gentiment qu’il cogne avant d’entrer chez nous et qu’il amène de la bière…pas sûre qu’il veut rencontrer mon personnage nocturne de mère affolée…

#HotMess
#DorsBBMomanVeille

namasté caliss

Cette oeuvre hilarante est créée par l’artiste:  Ana Roy

 

Tagué , , , , , , , , , , ,

LE HÉRO À LA GOUGOUNE

LE HÉRO À LA GOUGOUNE

Fils I a un spring dans le coude.

Ainsi, de manière parfaitement impulsive, il lance!

TOUT est un projectile & tous les lieux (les plus wild et les moins accessibles sont ses préférés!) sont des cibles.

Régulièrement donc, nous nous retrouvons face à une laveuse qui cache des restes de pizz, des clés dans le bac de recyclage, des bobettes volantes ou un déo dans le four (1 mois à bouffer des p’tits plats qui goûtaient la fleur mauve!

Cette caractéristique circassienne de ma progéniture m’a appris, non seulement à aiguiser mes réflexes de catcher et à utiliser tous mes membres simultanément, mais aussi à déplacer des électros sans me blesser, me faufiler dans des interstices miniatures, escalader des parois bancales entre deux cabanons, devenir amis avec les voisins de tooooous mes amis ou encore plus récemment: Aller pic niquer avec un escabeau…

À la piscine municipale, par une très estivale journée fériée, fils I tira, d’un swing assez juste ma foi, sa sandale sur la capine de la cabane!
Non. L’angle ne nous porta pas secours…

Après consultation du staff en place, nous arrivâmes à la conclusion: Pour récupérer la dite sandale avant trois ans: Il nous fallait un escabeau « privé »

C’est là que JP devient: Le HÉROOO de la gougoune…
Et sous les rires d’un trio d’adultes la sandale retrouva son propriétaire…(jusqu’à ce que…m’enfin…)

La morale du récit?

Il n’y a jamais trop de stock de réno dans votre char quand vous venez pic-niquer avec mes fils et moi + ne sous-estimez JAMAIS le potentiel de tir d’un kid autiste de 7 ans. + J’ai vraiment de bons amis! 😀

Tagué , , , , , , , , , , , ,

FIDO LE CHIEN INFIDÈLE I

Bonjour ici Baha de chez Fido, comment puis-je vous aider?

– Il y a un problème avec ma facturation. J’ai pris deux trousses magiques durant mon voyage au Etats-Unis et en Europe et je me retrouve avec une facture de 928$.

Ajoutez détails et verbes convaincants…

On me transfert.

– Bonjour ici Naroud de chez Fido, comment puis-je vous aider?

– Il y a un problème avec ma facturation. J’ai pris deux trousses magiques durant mon voyage au Etats-Unis et en Europe, j’ai fait mes suivis (cinq appel à fido en deux semaines en fait) et je me retrouve avec une facture de 928$.

Re détails, brève argumentation incluant des tites notions de marketing et d’autres verbes convaincants.

Attente 45 minutes. Musique entraînante libre de droit.
Interruption de communication. (aka: on me flushe!!)
Face de jurons.

– Bonjour ici Naroud de chez Fido, je suis désolé d’avoir échappé la communication et de vous faire attendre aussi longtemps…je dois effectuer des calculs, vous permettez que je vous place en attente.

– Non, je déteste ça. Pouvez-vous me rappeler quand les soustractions seront finies?

– Je préfère vous garder en ligne si j’ai des questions.

– Ah! Ce n’était donc pas une question à choix de réponses. D’accord.

Attente 45 minutes. Pas de questions. Musique d’aliénéEs libre de droit bis.
On me raccroche la ligne sans retour d’appel.

J’ai écouté toute l’isti de play list, j’ai encore un bill de 928$. J’ai chaud à l’oreille, je n’ai plus de ressources de grossièretés et j’ai la conviction profonde que, même si les jeunes qui y bossent sont ben smath, nos compagnies de télecom sont des enfoirées.

Tagué , , , , , , ,

En miettes su’l trottoir…

Hier, j’ai croisé une femme, échevelée, en larmes…Ses miettes étaient ramassées près d’un parco qui attirait l’attention plus que sa douleur.

J’étais au téléphone. Je l’ai regardée en me sentant impuissante et j’ai passé ma route. Puis, 11 pas plus tard. J’ai vibré.

«Il ne suffit que d’une personne»

J’ai éteint mon cell.
J’ai rebroussé trottine et je me suis posée à coté d’elle sur l’asphalte humide, dans sa brume de bière cheap et son chaos de verbes…

Il a plu pas mal hier. Elle n’allait pas bien du tout.

En m’arrêtant, je n’ai rien changé dans la vie de cette fille. Elle ne voulait pas de mon aide éphémère ni de mes questions…je n’étais pas significative.

Elle est restée assise. Elle a sûrement beaucoup pleuré encore après mon départ et ma piasse n’a pas fait sa soirée…

Pendant 11 minutes nous nous sommes rappelées que nous étions humaines et que sa peine était entendue.

Je n’écris pas ceci pour culpabiliser l’inaction ni pour offrir de la visibilité à mon empathie…mon empathie se fout d’avoir un public. S’arrêter n’a rien d’héroïque. J’écris ce fragment de vie montréalaise banale parce que je nous sais souvent, devant la peine ou la violence, au fond du cœur trop volontaires et dans nos gestes trop immobiles. Nos interventions ont le droit d’être humbles, d’être discrètes ou maladroites…mais elles doivent, selon moi, être.

Des larmes aussi intenses ne devraient pas être vécues dans l’indifférence générale, peu importe la source.

J’avoue aussi que je sème ce que j’aimerais récolter; Si je me trouve par terre un jour, grise et mouillée, brisée et vulnérable à m’essuyer le désespoir près de vos chaussures à deux cent piasses: j’espère un peu, juste un tout petit peu, qu’une personne s’arrêtera pour ne rien dire, humblement, en acceptant qu’elle ne changera pas le cours de mon récit, simplement pour m’offrir sa compassion.

Peu importe les mauvais choix, les maladresses, les hasards louches…j’espère que je croiserai alors la personne qui éteindra son cell en s’asseyant dans un souvenir de pluie pour me rappeler que même pas chic et un peu crasse, j’existe encore.

Tagué , , , , , ,

Marche pour l’autisme

Marche pour l'autisme

Le 27 avril 2013, nous étions près de 1000 à marcher au Parc Maisonneuve pour l’autisme.
Marcher ensemble, pour être vus et entendus.
Marcher pour célébrer la différence
Marcher dans l’espoir de plus d’ouverture, de sensibilité et de support!
Marcher ensemble pour ne plus être seul.

Merci à l’ATEDM pour l’organisation de l’événement année après année.
Merci pour le cadeau que j’ai gagné: une nuit à l’Hôtel Delta à Montréal, un repas pour deux au Garde Manger et le service de gardiennage spécialisé!

Tagué , , , , ,

L’homme violon

L'homme violon

Patrimoine local.
Cet homme, Mark, a un violon qui grince, qui nous parle. On dirait même qu’il rassemble un peu la communauté. Bref, il m’inspire et me touche. Tous les jours, assis dans la petite roche ou sous la pluie, sous le soleil ou dans le métro, son violon retentit avec une passion sensible et déterminée. Constante. Des inséparables.

Tagué , , , , , , ,

Pourquoi l’événement des Perles Rares était Charmant?

Mis à part ce que scandent leurs nombreuses fans « elles sont charmantes, c’est tout » ce qui est vrai toutefois,
L’événement marketing (lancement de Collection)
Exposition Vivante était tout à fait charmant pour plusieurs raisons…

Simplicité. Ambiance. Branding. Invités. Joie 🙂 Vaisselle réutilisable
(d’autant plus important d’être cohérentes pour des éco designers!)
Peu de déchets. Tout recyclable ou tout mangé…

Pour celles et ceux qui n’ont pas eu la chance encore de « porter » la folie de http://www.lesPerlesrares.com , je vous brief un brin: duo coloré de sœurs…identiques ou presque… et joyeusement volubiles créant des bijoux-desserts!

Ainsi, ce double happiness à pattes nous a reçus chez Tah Dah! Une lumineuse galerie boutique située à 10minutes de marche du métro Jean-Talon…une autre bonne raison d’aller trainer dans le coin…

Musique légère. Ambiance guillerette. Gens nombreux…Tah Dah! Étant un espace sommes toutes assez petit, on en faisait vite le tour et il nous apparaissait fort plein, grouillant de plaisir!

Confession :
Étant exposée de très près à toutes ces œuvres-portables…j’avoue avoir craquée 3x…oups!

Bénies par mère nature (c’te bipolaire finie!) nous pouvions errer entre boutique, galerie, lieu où se tenaient, parmi des toiles vives, les modèles joliment « body paintées » et cours arrière (bétonnée mais tout de même intime…peut-être qu’un jour cet espace pourrait devenir un p’tit lieu tout vert…qui sait…enfin, je délire, c’pas chez nous!)

Ayant sélectionné et utilisé leur commanditaires avec justesse et respect de leur image: Intermiel, POint G (macarons! miam!) et El Naturalista
les créatrices ont su faire, tout en simplicité, de cet événement un « petit paquet » fort attrayant et dynamique.

Ainsi, malgré le jussss dans lequel je me trouve, je souris en clapotant ces quelques lignes, ravie d’avoir été présente lors de cet événement sucré, harmonieux et à leur image!

ClapClapCLap!
Au plaisir de re.

Tagué , , , , ,