Archives de Catégorie: Témoignage

graisser le cochon et faire diversion

Charmant…

Monsieur Roberge, nous fait une tendresse et propose aux enseignant.es de tendre l’autre joue.

En gran’ pompe, il offre de relancer deux p’tites journées de consultation sur « la réussite éducative ». En rush, en pleine pandémie, post mépris de toutes visions dissonantes, pendant des négociations arrogantes avec les profs, et parmi des tonnes de décisions prises en pissant 3 minutes avant un point de presse…

Quand on l’écoute ou on le lit, on pourrait croire que tout va bien dans nos écoles! Pit-pit-au-pays-de-ma-CAQ-mon-école-est-un-champ-de-lavande-les-maternelles-4ans-ont-de-vastes-antres-où-semer-des-possibles-les-spécialistes-empilent-leur-linked-in-sur-mon-flat-screen-ouais-on-a-tous-un-piano-à-queue-miroitant-un-avenir-radieux-dans-notre-3e-domicile…

Il suffit pourtant de s’approcher, un tout p’tit peu de nos écoles pour les entendre se fissurer, faiblir et crever la dalle …

En cas de doute,
Let me dépose gentiment, sur le pas de notre intelligence collective, quelques exemples concrets avec pas de fini lustré (articles à la fin du texte)

– Pas d’orthopédagogue pour des élèves autistes ou en grandes difficultés car plusieurs sont retournées dans les classes

– Nouveaux points de services. Équipe sans expérience. Défis particuliers avec nos jeunes au cheminement atypique. On promet de l’aide…Oui? De qui? Parce qu’à la CSSDM nous n’avons pas accès à une conseillère pédagogique, pas de ressources pour soutenir les points de services aux élèves autistes actuellement et personne pour le décrier…

– Classe d’élèves autistes sans enseignante. Pour pallier, on déshabille Paulus pour habiller Pollito. Comment? On retire la ressource pour l’intégration d’élèves autistes de d’autres écoles et on patch la classe trouée. (bonheur éphémère pour l’un, car elle est géniale, mais non permanente, désespoir pour l’autre, car elle n’est plus là)

– Prof absent.e ? Basta! Chillez jeunes gens! On n’a pas de remplaçant.e

– Les masques de procédures obligatoires, imposés sans aucun plan ni vision liés à l’impact environnemental, ne sont pas recyclés pas parce que la CAQ a mis entre les mains de nos écoles publiques sous-financées, la responsabilité de payer pour le faire et de gérer tout ça…pour l’usage que nous en faisons, (les écoles ne sont pas des hôpitaux en zone rouge) on pourrait les laver et réutiliser? Toutefois, c’est interdit…alors à la fin de l’année scolaire, nous aurons jeter environ 85 millions de masques…dont plusieurs auront pris leur envol partout dans la nature…

– Matériel technologique désuet? Bug? Besoin d’installer un programme? Appelez LE technicien…et attendez…

– Attendez encore…

– En fait, matériel technologique ? Quel matériel ?
– Plusieurs TBI ne fonctionnent plus. Les classes ont entre 3 et 8 ordi qui fonctionnent pour 22 élèves…et des classes sont sans rideaux, ce qui empêche de voir les projections…

– Attendez-vous aussi toujours le retour du technicien?

Finalement, ma préférée:

– Savez, les budgets de tutorat promis aux élèves en grandes difficultés?
Ben ces budgets vont entrer en vigueur au 30mars…un an après le début de la pandémie et à 2 mois de la fin d’année…

A l’annonce de leur mise en place, fait vécu, on a eu environ 3 minutes de frissons en groupe de parents su’ zoom! Un p’tit coït de semaine beige.

Ces budgets et clinquantes promesses d’investissements sont chiffré.es à…rrrrroulement de tambourine usée:

300$ pour DEUX mois pour TOUTE une classe!
Je répète: 300$ pour 22 élèves, pour deux mois, pour un an de pandémie dans un système déjà amoché (j’ai d’autres exemples cumulés depuis 2014 pour appuyer ce choix d’adjectif si vous voulez!)
Ce qui fait environ…hum… 5 x 20min de tutorat à 3 élèves ensemble!

Partéééééé!

Ce montant, plus petit que la plupart de nos budgets SAQ durant le premier confinement, représente une bourse fort reconnaissante pour une prof d’expérience dans une école à la cote défavorisée…
Imaginons ailleurs…

Gâtez-vous oisillons, on a la colonne excel pis l’espoir faste en ces temps ardus! On fait touttt promis afin de ramener votre motivation et « bonheur au travail ».

Permettez-moi monsieur de vous offrir, une fois de plus, votre verbe: Vous Robergez! Capes et trompettes sur le gran’ stage de 13h, proposition à l’arrache de consultations publiques et vieilles peanut siphonnées de leur sel trouvées dans les craques de votre lazy boy pour les humain,es gisant dans la p’tite cage! Du leadership inspiré et porteur cher ministre…

Il semble aisé de ne pas trouver de sous et de compenser par des moues dépitées pour les milieux dans lesquels la majorité des talents ou des bénéficiaires sont des femmes et des enfants…non?
Ma lecture manque t’elle vraiment de nuances?

Pourtant, messieurs les caquistes, visiblement, du cash on en a (juste pas pour les profs, les infirmières, les préposées, les ressources et les personnes aux besoins particuliers…):

1.1 million à Guy, l’ami de Fitzgibbon qui prend la tête de Investissements Qc
ET
120millions pour la construction


L’argent ne pousse pas dans le coeur de « celles qui quémandent » pour autrui et pour le bien commun…clairement.
Toutefois, c’est étonnant comme de l’argent il y en a quand il s’agit de graisser certains cochons au pays de la collusion ou encore des secteurs qui ont un lobby féroce.

Oui. Je suis en colère. Pour mes enfants, les vôtres. Pour nous. Pour les femmes. Pour les personnes en situation de handicap. Je suis en colère pour mes ami.es profs, pour le manque de soutien de la population envers elles (et eux) et pour les conditions d’apprentissages pas mal semi qu’on offre à nos enfants en se pétant les bretelles devant les caméra. Je suis en colère pour l’avenir. Pour tusuite même. Ici. Maintenant. Je suis en criss. Les incohérences s’accumulent et la violence politique et budgétaire aussi…

Je laisse ici, en dessous de ce texte, des articles liés à l’éducation, aux petits maillages favorables aux plus riches, la construction, les femmes…

SVP Lisons! Ben oui! A défaut de se voir: Renseignons-nous et soyons en criss ensemble!

Les profs présentement sont en négociations. Supportons-les! Refusons les discours bourrés de MDMA et de desseins ben personnels de petits politiciens gribouillés qui cheap sur nos services publics pour nourrir des ami.es…

Soyons vigilant.es concernant les actions, les décisions et le prochain budget de la CAQ. Rappelons-nous que c’est nous qui payons les politiciens. Exigeons une opposition qui se tient et nous représente! Sollicitons-nos élu.es locaux! Appuyons les revendications des groupes communautaires.

Je ne nie pas les défis et l’importance de la crise sanitaire. Il y a toutefois, toutes sortes d’autres décisions qui se prennent et ont un impact MAJEUR sur nos vies et celles de nos petit.es. La démocratie ce n’est pas juste voter au 4 ans. C’est aussi être vigilant.es et exigeant.es pendant le mandat pour éviter de se faire passer du baratin de la taille d’un vieux chêne sans consentement sous un couvert d’état d’urgence…nous sommes essouflé.es et démobilisé.es, étourdi.es… Soyons strict.es! Solidaires, revendiquons, réfléchissons, refusons les aberrations, les abus et exigeons plus de cohérence, transparence et investissements dans nos institutions et services publics!
Soyons, constructivement, activement, en criss.

LECTURES POUR MIEUX VOIR:

Manque de services, pas de remplaçant.es

120 millions pour la construction

Pas de vacances pour les infirmières

Féminicides et refus d’investir dans les centres d’hébergement

1.1 million pour l’ami Guy, du ministre Fitzgibbon

Nomination ben douteuse de l’ami Guy à la tête de IQ

Plaidoyer en faveur d’une taxation, impôt plus juste

Laver et réutiliser les masques bleus

Les écoles paient pour recycler

Orthopédagogues délestées et disparues

Une consultation pour la réussite éducative maintenant? Really?

Tagué , , , , , , , , ,

Aimer sans menace ni contrainte. S’aimer assez pour s’aimer deboutte

Je suis bisexuelle et polyamoureuse.
Dans mon début de vingtaine, je disais que j’aimais librement.
Sans petite case, sans égard pour le genre, ni contrainte.
Désormais, j’assume. Ma façon d’aimer a des noms qui lui ressemblent.

Une coche de plus coquine que la madam’ Coucou de Simon Boulerice 

Et,
Je l’écris
Par amour.
Avec amour.

Humblement, et avec ben des doutes sur la tribune que je prends pour dire, dans l’espoir, peut-être naïf, de contribuer, à échelle humaine, dans mon réseau, à ce qu’ensemble on s’approprie ces faits là comme le reste. Qu’ils deviennent génériques.

Qu’ils fassent partie de nous, partout, qu’ils cessent d’être marginaux, jugés, intimidés…

Qu’ils fassent partie des histoires qu’on lit à nos enfants, du paysage politique, de l’enseignement, de vos programmes à tivi et des possibles dans les conversations existentielles:

« maman est-ce que je peux aimer deux personnes en même temps? »
« oui mon bb! (sont-elles au courant?) »
« maman est-ce que c’est correct si mon amoureux cette semaine c’est Toto mais que j’aime encore embrasser Sasa? »
« oui mon bb!? »

Que ce soit aussi normal et générique que de s’aimer entre humain.es du même genre, à plusieurs que ce l’est de s’aimer en dyade ou entre hétéro.

Je l’écris.

Parce que je chéris la diversité et célèbre la couleur.
Toutes les couleurs.
Incluant désormais la mienne. À voix haute à presque 40ans…

Je l’écris,

Parce que mes enfants.

Dans l’espoir qu’ils auront espace, accueil, sérénité et sécurité pour aimer comme ils l’entendront, comme ils le sentiront. Aimer autrui et s’aimer eux-même.
Fiers. Confiants. Heureux.
Comme ils seront.

Mes enfants grandissent en sachant au quotidien que l’amour est inclusif et qu’il peut prendre plusieurs formes. Que d’aimer des deux bords et d’aimer multiples est sain quand c’est honnête et bienveillant. Que ce n’est pas par peur de l’engagement, ni parce qu’on est volage. Que ça se peut que ta famille séparée-recomposée ne possède pas les attributs de la famille de la princesse de Disney et de son prince quelconque…

Ils savent aussi,
que de s’habiller créativement, avec autant de paillettes et de tulles que ton coeur te le dicte en étant né garçon, mérite qu’on te sacre patience à la récré et qu’on salue ton audace en te laissant jouer au ballon comme tous les autres marmots de la tribu. Qu’une fille n’a pas à être délicate et qu’elle peut être plus forte que toi…

Les livres pour enfants, les films, notre manière de répondre à leur questions mettent de l’avant bien souvent une seule façon d’aimer. Un seul modèle de couple et d’humain.e…
On genre. On limite. On juge. On circonscrit et on transfère nos peurs dans l’éducation à nos enfants. (oui on fait de notre mieux aussi! Je sais ben! Et j’admire les coeurs ouverts!)

Quand on déroge à la norme, on grandit avec la certitude d’être incorrect, insuffisant…on se fait donner des conseils de ne pas nommer, pas dire, pas brusquer, pas oser, de se taire, de pas faire ni montrer et que ça doit être une phase.

Or, je ne veux plus de ce jugement, ni avoir peur, pour mes ami.es, pour mes enfants, pour moi. Aussi crochue soit la démarche.
J’aime, je nous aime deboutte.

Par amour, donc j’écris et rêve à mots bruyants que vous participiez à transformer la peur en possible et les murs de haine en tapisseries de fucking calinours!

Que ce soir en racontant une histoire, vous y ajoutiez de la couleur. Un peu. Que les barbies se matchent entre elles. Que les princesses gèrent elles même les dragons, que vous portiez une robe une fois avec votre garçon en public…

Et encore plus fou,
si vous entendez ou lisez un commentaire homophobe ou des propos de douche bag sur la différence (toutes les différences), que vous preniez position pour défendre le droit au respect pour chacun et la nécessité, la beauté de la diversité.

Que la bienveillance et l’amour gagnent.
Icitte et partout x

Tagué , , , , , , , ,

L’invisible philanthrope, un géant chez les Hommes

Petit récit invisible, doux parmi les hommes :
Au metro Jarry durant la La guignolée des médias, un homme en situation d’itinérance s’avance vers l’une de nos bénévoles et lui tend son orange et un 0.25$ qu’il venait de recevoir en disant, « pour moué c’est important de partager ce que j’ai ! »

Monsieur, votre générosité sincère nous bouleverse mon équipe de la Société Saint Vincent de Paul et moi. Humble et brut. Sans témoin ni suite. Une main tendue vers l’autre dans l’espoir sincère de faire une différence à hauteur d’homme, que dis-je: de géant!

Pour moi, touttte ma job en philanthropie prend icitte son sens. 😭

#Ensemble
#TousPhilanthropes y’a pas de petits dons et on peut TOUS faire une différence
❤💚

Tagué , , , , , ,

LES PASSIONS COMME MOTEUR D’APPRENTISSAGES

29060976_10156104486963830_2282375047584175025_o1.jpgFils I a un rêve : organiser une grande fête dans le gym de son école.

Depuis 2016, la réponse était non ou enfin c’est compliqué.
Ainsi, l’an passé, grâce au très généreux et talentueux DJ Frank, les profs des classes d’enfants autistes et quelques magnifiques alliées bénévoles, j’ai, avec mon fils, organisé une fête sensorielle dans sa classe.

Or, cette année, la directrice et l’OPP ont accepté de relever le défi et d’organiser la fête avec nous!

En avril, à l’école SF, aura donc lieu la grande fête en bleue pour célébrer la neurodiversité. Ouiiiiooouh!

Mon oiseau, enthousiaste et joyeux a fait preuve de beaucoup de persévérance et ne porte plus à terre! 

En restant attentif, on se rend vite compte que cette joie, qui peut s’apparenter à une obsession qu’on voudrait faire taire si on lui donne une biais négatif, est absolument porteuse!

En effet, mon frisé n’a jamais été, jusqu’à récemment, motivé à écrire et apprendre les sons est ardu.

Toutefois, en décembre dernier, alors qu’il insistait pour organiser un bal, j’ai utilisé cette fixation pour l’encourager à écrire avec le IPAD et compter. Chaque jour de décembre, il demandait à écrire.

Ainsi, lorsque j’ai eu la confirmation de la Fête en Bleu de SF, je lui ai partagé ma joie et ma fierté de voir son idée se réaliser. Il a alors déversé une myriade de questions en battant des ailes. Plutôt que de l’empêcher de le faire chaque fois qu’il le sent, c’est-à-dire environ 9 fois par jour, je lui ai suggéré des moments pour parler de la fête et lui ai proposé d’écrire avec lui toutes ses idées.

Eh ben! Qui sera surpris de lire que quand ça part du coeur et fait du sens, ça motive les troupes?

Cette grande fête en bleu est une immense motivation pour lui! Désormais, chaque matin et chaque soir, il me demande d’écrire et d’épeler des mots! En plus de le motiver à réaliser un défi majeur, ça canalise toute son excitation et satisfait son désir de parler de cet événement tant attendu!

Un jour on se regardera au passé, jugeant de la structure de pensée autistique, et on se dira, sti, m’semble que c’est juste logique: Les passions sont moteur d’apprentissages!

Ps. À ceux qui doutent des bénéfices de l’inclusion, vous trouverez sûrement votre mois d’avril plus terne que tous les enfants des écoles qui célèbrent la différence.

 

29060976_10156104486963830_2282375047584175025_o.jpg

Tagué , , , , ,

Maman

Il n’y a pas de moments plus fébriles, intenses, douloureux, affolants, mémorables, joyeux, euphoriques, et confus que celui où tu donnes la vie…

Un amalgame de feeling paradoxaux qui te prend le corps et te soumet…

Sauf Peut-être …

Les 579 987 autres moments passés avec ces magnifiques recrues..

Ces moments nouveaux quand tu as le bébé fragile, l’amour maladroit, l’oeil creux et le toupet ébouriffé, à essayer d’allaiter un goulu hurleur,

Ces moments passés à éduquer, une petite brute à la face parfaite, que les jokes-de-pet-c’est-juste-à-la-maison, à rattraper le p’tit qui s’élance dans l’escalier face première, à grandir aussi avec eux à chaque centimètre qu’ils ajoutent, à te lever cinq fois la nuit pour remettre un suce ou servir de doudou, pleurer d’inquiétude sur un souffle court, des boutons douteux, des services manquants.

Ces moments semi-louches à réécouter des épisodes du Village de Nathalie en cueillant les coeurs de pommes fossilisés, cachés derrière le fauteuil rempli de miettes ou à répondre à des questions:  »Comment on fait les bébés? Pourquoi mon frère est autiste? » en roulant des boulettes qui brûleront…

À courir des spécialistes comme on court derrière le premier tour de petit vélo instable, à applaudir les chansons en  »anglais » ou à couiner de fierté sur les premiers mots partagés au souper par ton frisé non verbal, à afficher des peintures abstraites colorées pour cacher ces oeuvres spontanées créées au bic ou au vernis rose su’l mur blanc de la cuisine,

À faire des crêpes en forme-de-forme et de la musique de café pour faire sourire un matin gris ou faire oublier une scratche sur la joue, à inventer des parcours de urbain jumping et à soulever des vraies montagnes imaginaires, Et tous ces moments, les fesses suspendues dans le vide, étendue dans le petit lit, à lire les mêmes histoires à un curieux émerveillé jusqu’à 21h.. qui s’endort au milieu d’une phrase en retenant ton corps tordu de son petit bras doux.

Il n’y a pas de moments plus fébriles, intenses, douloureux, affolants, mémorables, joyeux, étranges, heureux, confus et paradoxaux que celui où tu donnes, chéris, construis, confrontes, aimes, apprends, apprivoises, vis la vie avec ces humains vibrants, immenses et all in…

Créer des enfants c’est aimer à trembler, aimer à pardonner cent fois, aimer à s’oublier, aimer dans le chaos, à faire taire son ego et à inventer des possibles, aimer à apprivoiser la haine…le plus joli comme le plus sombre de soi et des autres…

À  toutes les mamans qui assurent en isti…

À celles qui assurent seules.

A toutes ces mamans qui se séparent de leurs utopies la moitié du temps…qui regardent les petits lits vides laissés en bataille le vendredi en serrant les p’tits pyj mous qui sentent le sucre…

À toutes celles qui n’auront p’tête pas de gratitude avant vingt ans ;),
À toi, belle amie qui refuse des répits pour aimer ton enfant handicapée de proche, un maximum de jour de sa vie,
À toi qui te tient drette quand les mousses partent récolter des câlins dans leur autre maison, quand ton ado te bullshit en te lâchant un rapide salut qui sent l’alcool, toi qui pense avoir un déficit d’attention à ramasser trop de bébelles jaunes…
À toi qui PILIER. ARBRE et MONTAGNE.

À toutes les mamans qui entrent sur la pointe des pieds la nuit pour un dernier bisou au cas où et pour la route, à toutes celles qui scrapent des sandwich pour en faire des coeurs en février, qui font des gâteaux laids ou des cupcake parfaits pour faire sourire une marmaille-fougue, à toutes celles qui embrassent les failles, les crises, les bobos avec une douceur qui n’existe que pour eux…

À ma maman qui me tient encore si souvent.
Qui aime mes fils comme eux aiment le chocolat!
Qui, au début de mon rôle de mère, me complexait tant je me disais que je ne ferais jamais aussi bien qu’elle…
À ma maman qui m’aime avec mes traits croches, mes élans imprévisibles, mes phrases sans ponctuation, ma lumière et toutes ces colères que je transforme en projets dans lesquels elle s’implique…
À maman, qui m’écoute, m’encourage, souffle sur mes blessures, qui me flatte encore les cheveux, ,m’invente des fêtes et des talents.

xx
Merci

À toi,
À nous
xx

 

 

Tagué , , , , , ,

Lettre au poursuivant: Campagne siphon et autres absurdités!

Au Directeur général des élections du Québec,

 

Monsieur, madame et à tous vos alliéEs administratifs et légaux,

 

En 2014, j’apprenais à être mono-mère de mes deux fougueux et à faire de la politique.

 

Motivée à transformer le feu qui m’habite en inspiration et en énergie constructive, j’ai alors saisi une perche qu’on m’a tendue et je me suis impliquée bénévolement dans la campagne politique scolaire de Priorité École en me présentant comme candidate au poste de commissaire.

 

La campagne a duré 3 mois… un peu plus.

 

Par conviction que l’éducation est une valeur dans laquelle nous devons tous investir, j’ai, avec des dizaines de citoyens inspirants de tout acabit (toutes équipes et fonctions confondues!), donné de mon temps, de mon argent.

 

Soutenue par mes amiEs formidables-et-tout-aussi-bénévoles que moi, j’ai fait du porte-à-porte avec mes deux enfants dans une charrette, j’ai débattu dans des assemblées de 40 citoyens en payant pour faire garder mes enfants ou en courant après ceux-ci entre deux jasettes et une sandwich pas de croûtes.

 

J’ai rêvé mieux pour nos petites utopies avec tout un tas de parents engagés. On a levé péniblement 1000$ de fonds pour ma campagne et on a appris à organiser « un non-parti politique ».

 

Puis est venu le temps de la paperasse.

Évoluant avec une attention à intensité variable et étant dans une période de chaos dans ma vie personnelle, cette partie du travail s’est avérée être, pour ma part, un casse-tête de taille.

 

Grâce à l’aide de mes collègues, on a bouclé les rapports, les dettes, les papiers et les reçus.

 

Dans un mélange de fierté, de confusion et d’écoeurantite…j’ai fermé le tout, au mieux de mes compétences, dans les mois qui ont suivi…

 

Puis, on m’a demandé les reçus.

J’ai envoyé les copies de reçus.

On m’a redemandé les reçus. J’ai envoyé les originaux.

 

Puis on m’a redemandé un rapport.

Avec Jocelyne Cyr, qui était à la tête de notre non-parti, nous avons envoyé un rapport.

 

Jocelyne et moi avons rencontré M. Caty à plus d’une reprises. J’ai parlé à M. Ringuette au moins 3 fois au téléphone.

 

Puis j’ai imprimé des copies des relevés de transactions.

Puis, j’ai envoyé tout ce que j’avais par courriel et courrier.

On m’a assuré que tout était en ordre.

Puis j’ai reçu une nouvelle demande pour un rapport additionnel.

Je n’avais plus aucun papier. Je n’avais aucune idée de ce que l’on me demandait de plus!

 

En janvier 2017, j’ai reçu un constat d’infraction pour omission de produire un rapport additionnel. OMISSION FUCK! REALLY? Et finalement, on me dit, oui oui, il est produit, mais en retard de 10 jours…Vous devez 681$

 

Les équipes scolaires ne sont pas considérées comme des partis politiques. Ils ne bénéficient d’aucun des avantages liés à l’existence des partis, mais de tous les inconvénients.

Ainsi, on agit administrativement comme si nous en étions. Comme si nous avions des milliers de dollars en jeu et une équipe en charge de la production de nos rapports. Or, ce n’est pas le cas!!!

 

Nous sommes des individus bénévoles, sans structure reconnue et pataugeant dans les dédales administratifs avec la plus grande volonté du monde et assurément un brin de maladresse!

 

Nos libéraux amassent des fonds douteux par centaines de milliers de dollars; nous, beaux téméraires-peu-glamour et bénévoles, on lève 10k à 12 parents-citoyens motivés à s’impliquer pour défendre les services publics et nos écoles, et on gère du collatéral des années durant…

 

Jusqu’à la semaine dernière, j’espérais trouver ce qu’il faut d’arguments factuels pour minimalement pouvoir répondre aux questions qui me seraient posées en cour et ainsi pouvoir partager un plaidoyer pour le bon sens.

 

Or, je n’ai trouvé que ma mémoire floue et ma bonne foi. La bonne foi n’étant pas suffisante pour contrer un argumentaire administratif qui affirme, avec véhémence et témoins, que les réclamations demeurent, à ce jour, non satisfaites et que j’ai, preuves à l’appui, produit le rapport 10 jours en retard.

 

Il est toujours possible d’agir en tant qu’humain. Avec nuances et discernement ou encore comme des machines. Soumis aux incohérences d’une loi écrite pourtant par l’homme…

 

Le lundi 24, je devais être avec vous, en cours. Or j’ai choisi, après maintes réflexions, parmi tous les combats que je mène et mes défis quotidiens, d’abandonner celui-là et de rester pour gérer la routine du matin avec mes magnifiques recrues. Ben oui! J’abandonne! Sti!

 

Chers fonctionnaires, vous gagnez le jack pot: 681$! Ça fera surement une grande différence dans les fonds publics…Vous investirez ça où? Puis-je dédier mon don?

 

Ainsi, je continuerai d’investir de l’énergie pour soutenir l’inclusion sociale de mon fils autiste, pour la reconnaissance positive de la neurodiversité et de la valeur de la contribution des personnes t.s.a., pour le maintien des fondements constituant le projet pédagogique de l’école alternative que fréquente mon plus jeune, pour la valorisation du système public d’éducation et pour un investissement massif en éducation, pour une meilleure formation des maîtres, je continuerai.

 

Mais, là tusuite, j’abandonne ce combat contre les absurdités administratives de la commission scolaire et du DGEQ. Fuck off.

 

Comment écoeurer les citoyens de l’engagement public et politique?

Do this!

En plus du marasme ambiant, on a assurément bien besoin de siphonner les derniers audacieux qui osent faire du bénévolat au scolaire.

 

Ma campagne a permis d’amasser et a coûté en tout 1000$ et surtout beaucoup de mon temps. J’ai donné tout ce que j’avais et aujourd’hui, on me réclame encore!

 

Pour éviter que mon prochain mois ne soit précaire et afin de ne pas devoir choisir entre cette dette absurde, vile et inutile socialement et le fait de payer mon loyer, voici 20 chèques post-datés au montant de 34$. En espérant qu’ils sauront satisfaire l’appétit de notre administration publique.
ensevelie sous la paperasse

Annick Daigneault,
Citoyenne sensible, maladroite, engagée et écoeurée

 

Tagué , , , , , , , , , , , , ,

Une campagne siphon

En 2014, j’apprenais à être mono-mère et à faire de la politique.

Motivée à transformer le feu qui me squatt en inspiration et en énergie constructive, j’ai alors saisi une perche qu’on m’a tendue à 3 reprises et je me suis impliquée bénévolement dans la campagne politique scolaire de Priorité École en me  présentant comme candidate au poste de commissaire.

Par convictions que l’éducation est une valeur dans laquelle nous devons tous investir, j’ai, avec des dizaines de citoyens inspirants, donné de mon temps, de mon argent.

Soutenue par mes amiEs formidables- et-tout-aussi-bénévoles, j’ai fait du porte à porte avec mes deux enfants dans une charrette, j’ai débattu, rêvé mieux pour nos enfants avec tout un tas de parents engagés, sur le terrain, au sein de notre équipe et des autres, on a levé des fonds, appris à faire une campagne et monter « un parti » et j’ai rencontré des citoyens qui donnent espoir.

Puis est venu le temps de la paperasse.

Lire la suite

Tagué , , , , ,

PIZZA & CONSENTEMENT

 

Au retour d’une fête faste et bubbly, je rentre au bercail, éméchée joliment et affamée.

En traversant l’un des très peu respectés passages piétonniers de la rue St-Laurent, je vois dans mon angle mou, l’une de nos nombreuses institutions de pizza à croûte cheap.

J’analyse mes options de foie gras dans des choux de Bruxelles ou de poutine livrée chaude à domicile.

… 

hum

Nulles

Je fonce donc sur la pizzéria, déterminée à me gaver comme un nourrisson sur sa première têtée.

Un troupeau de mecs occupe le lobby crasse, (ils squattent la fucking porte).

D’autres types épars, semi cachés dans leur tuques sales, gisent le long du mur en louchant.

J’ai la sensation de pénétrer un club privé version glauque…

En entrant, je lâche un salut d’aisance, comme si le monsieur tanné qui garroche les pointes au four était mon oncle! C’t’un truc, exagérer me donne de la contenance pis fuck, je veux juste une pizz. 

Fait qu’un coup le hall alpha traversé, 

Je m’avance au comptoir et attends ma pizza comme un chasseur son chevreuil. Drette, focus, silencieuse et confiante.

Au moment de quitter le site bucolique avec mon butin de pointes, le troupeau du portail, amorce la « conversation ».

– Eh! Salut! T’es belle!

– Merci!

– Veux-tu m’embrasser? (Let’s not waist time man! Drette au but! Que je me dis)

– Peux pas, j’ai la bouche pleine!

– Envoueille, j’ai toujours rêver de coucher avec une cougar »  (SIC!)

– C’est cute…

En 4 phrases, on passe d’inconnus à livre ouvert.

En 4 phrases on passe de salut à tout nu!

Je souris de sa délicatesse.

V’là un convaincant qui exprime son potentiel avec verve et attrait…

Encore de bonne humeur, un brin coquine certes, je ne me formalise pas de l’approche sans préliminaire et lui lance en riant; 

– Dommage! J’en connais pas! de cougar J’espère que tu vas t’en trouver une! Bonne nuit! »

Puis, je poursuis ma route.

Alors que je tourne le coin pour emprunter une transversale plus calme, il me crie; je veux un bisoooooou et reste, heureusement, tranquillement en position de vigie, en mode grégaire dans le temple du pépéroni.

Je continue donc guillerette ma trotte, presque soulagée, quand apparaît à mes côtés l’ami ivre de mon Rimbaud de la Maine.

– Quoi! Ça va finir comme ça!? Il veut juste un bisou!

– Non! Bonne nuit.

J’avance.
Il me suit.

 

– Eh! C’est quoi un bisou!? C’est rien pour toi un bisou! Quoi? Il est pas de ton goût! On est beaux non? Ça te tente pas un jeune? J’étudie en économie et lui en droit! Allez! À moi! Fais-moi un bisou à moi! Je vais lui rapporter! »

– Non!

Il insiste. J’avance. Il me suit. 

– Demain, je lui réponds, quand je serai en mode intervention. Je vous ferai un bisou!

– Quoi tu es dans la police?

– I wish. Mais non, je travaille en garderie. Ce soir, je suis en congé, je ne m’occupe pas des enfants des autres!

– Quoi!? 

Oh! Ok! Tu ne veux pas! Donne-le à moi! Donne-le ici le bisou. Fais-le ici! Ouais c’est ça! Yo! T’es une salope!

4minutes. 2 pointes. 150 caractères. 1 coin de rue. 

Eh hop! On s’égare en égo, en intensité pis en insultes. 

De dream babe à bitch. 

À l’écouter je lui dois quelque chose…

Je suis à mi-chemin.

Fuite rapide? Secours? 

Que Nenni…
Seule sur une rue sombre avec le galant

Pleine de patience et peu confiante en mes kata, je m’arrête.

Je regarde le kid aviné dans les yeux.

Entk j’essaie de lui pogner le flou du regard…

Je ne le trouve ni drôle ni mignon. Il me gosse et commence à troubler ma quiétude. 

Mon arrêt sur image le déstabilise.

A défaut de mieux, pour passer le deux cent mètres qui reste, je me donne la mission d’éducation. 

Je lui demande alors, sévère comme une mère, calme et ferme en me retenant  de lui sucer un oeil ou de le frapper à coup de pointes, s’il sait ce que veut dire le consentement.

S’il a l’âge de changer lui même sa couche ou s’il faut que j’appelle sa maman pour qu’elle l’éduque et le ramène à la maison! S’il sait que ce qu’il fait est du harcèlement et s’il se rend compte que sa technique ne peut lui attirer que  plus de claques que de pipes.

Arrivée à destination, je monte l’escalier, soulagée de mettre fin à cette brève et désagréable échauffourée. Je cherche mes clés dans ma trop grosse sacoche. Je sonne chez mon amour endormi.

L’aviné morron, persiste et du bas de l’escalier, trainant sa blessure narcissique plus lourdement que moi qui essaie de lever un piano, au moment où je passe la porte, se met à crier, avec ardeur et romantisme: je vas te faire la passe, tout ça combiné à une incantation de gars saoul, puis dans une grande finale désenchantée, me rappelle: le karmaaaa te rattraperaaaa…

En 4 minutes, 2 coins. 2 pointes. Tout est devenu frett. 

la joke  grotesque et son attitude creepy.

Même si je suis à l’aise avec les edges, même si j’ai de la répartie et assez confiance pour éduquer à 03h du matin ou hurler des insanités à qui de droit en frappant sur un hood de char avec des tites ailes d’ange accrochées au dos ou en bûchant avec humour sur l’estime des jeunes fringants qui pensent qu’une formation en économie pis un pénis c’est assez pour que tu cours tunue vers lui en jouissant plus fort qu’une tortue qui zigne sur une chaussure, 

rendue sur le tapis de l’entrée de mon amour, qui ne comprenait rien à ma colère, en shakant comme une octogénaire su’l speed, l’appétit coupé avec la voix qui craque, 

j’ai encore ressentie cette putain de vulnérabilité. 

Et l’asti de peur. 

Celle qui te fait marcher, depuis tes 15ans, les mains sur tes clés avec l’assurance d’un bulldozer alors quand dedans tu feel peanut. Celle qui te fait hurler, quand un graineur arrogant te supplie de le sucer ou te suis en char en t’insultant, plutôt que pleurer, de figer parce qui parait que « dont dip in crazy » c’est l’truc. 

Avec les pointes tordues, dégrisée et agitée, je suis rentrée. En feelant mes quinze ans et toutes les filles qui n’y vont pas tuseule la nuit manger de pizz… 

Je suis rentrée deboutte avec la certitude qu’il faille, entre 8 et 21 ans, parler de manière explicite, en amont des fêtes pis des flirts, de relations saines, de consentement, de sexe pis d’approche digne sans dick pic. 

Parce que de remettre les prédateurs douteux à leur place, au bas de la chaîne alimentaire n’est pas toujours facile et s’en débarasser encore moins, il faut prévenir.

En attendant, que les hyènes dans les hall alpha se ferment la yueule, se ramassent le vice afin qu’on puisse circuler guillerettes et libres en souriant sans se soucier de devoir les gérer, 

je compte sur vous qui éduquez des garçons pour en faire autre chose que des bêtes affamées et pathétiques. Je compte sur pour que les hommes soient charme et alliés. 

Je compte sur vous pour rappeler à vos filles qu’elles n’ont pas à satisfaire un morron sur la maine ni un mononc aux mains longues et que c’est ok de leur en sacrer une, de faire des frette pis des malaises.

En attendant que ça passe, je compte sur nous pour que ça change. Parce que la pizz c’est meilleur chaud même à 3h du matin…

 
 
 
 
 
 
screen-shot-2016-12-22-at-6-50-37-pm
 



Vidéo de catcall parodie, de Junkin Media ici,
En espérant que le consentement soit un jour, ou peut-être une nuit, le plus sérieusement du monde, autre chose qu’un # populaire et que le harcèlement de rue soit considéré comme un fléau qui existe pour vrai, qu’on peut enrayer, ensemble. 

Tagué , , , , , ,

Messieurs les sinistres libéraux

En 2016, de manière non partisane et quasi systématique, j’ai participé à tous les panels, tournages et points de presse politiques auxquels on me conviait et auxquels il m’était possible de me joindre.

Depuis la réélection des libéraux, les coupures dans le système public sont arbitraires et désormais courantes. On se targue, là haut, chez les bruns, de surplus en faisant des économies misérables sur le dos des personnes les plus vulnérables et en affaiblissant le filet social qu’on a choisi de tisser collectivement depuis plus de quarante ans.

Lire la suite

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

Bonheur à la frontière

Mercredi est jour d’école à la maison et surtout jour de transition entre chez papa et maman pour mes fougueux.

La traversée de la frontière est souvent accompagnée de fébrilité, de larmes que j’étouffe dans un sourire ou que j’essuie doucement en bouffant les joues parfaites de mes deux petites utopies.

Nous nous quittons chaque fois, après une série d’immenses câlins,  en formant des cœurs avec nos doigts et en traçant des coeurs sur nos poignets, qu’on remplit ensuite de bisous. Pour les urgences. Pour la semaine.

Lire la suite

Tagué , , , ,