Archives de Catégorie: Réflexion

S’en saisir, juste là

Assis.e sur une roche,
dans le silence de la neige qui craque,
émanant de la chaleur du soleil timide qui se pose sur votre coude quand il se faufile par la seule fenêtre crédible de votre
3 et demi,
exalté.e, dans la musique et les rires,
écrapou.e, sous vos enfants et inondé.es de caresses, de poésie, de gestes doux
ou
juste là,
bien. pour rien.
dans le vif et la lumière,
la douleur, le vent qui arrache et l’absurde…

Gossés à notre image, le bonheur pis l’amour
Enivré.e à votre source, saoul.e de joie brute

ici.
maintenant.

Bien. Pour rien.

Non sans heurt,
plus je me pose et inspire
plus ils s’ancrent et me poussent du coeur.
Imparfaits, subtils et sur le souffle,
en construction, parfois fragiles, sur des bases lentes à ériger, je les expérimente,
découvre parfois sans bouger.

Je les laisse être & me prendre
pas toujours docile, indomptable même, fougueuse mais reconnaissante
Immatériels et intangibles.
Là.

J’apprends, m’y jette et m’y vautre.
Conquise, j’accueille et suis sans abdiquer, me trouve, m’assemble et m’habite.
Morceau par morceau.
Juste là.
Et
J’aime.
Immense. Gratis.
Et d’un swing aussi naturel que large, je déclame, la bouche en coeur en avalant le frimas:
que notre amour soit!
Grand, authentique, vagabond ou racine
sans raison
sans plan ni intention autre qu’aimer juste
et juste parce que.
Sans rancoeur, sans dentelle, sans certitude, ni filet.
Ici,
pour la suite pis la trace.
Aimons.

Crédit: Sage Rebelle photos

Tagué , , , ,

Aimer sans menace ni contrainte. S’aimer assez pour s’aimer deboutte

Je suis bisexuelle et polyamoureuse.
Dans mon début de vingtaine, je disais que j’aimais librement.
Sans petite case, sans égard pour le genre, ni contrainte.
Désormais, j’assume. Ma façon d’aimer a des noms qui lui ressemblent.

Une coche de plus coquine que la madam’ Coucou de Simon Boulerice 

Et,
Je l’écris
Par amour.
Avec amour.

Humblement, et avec ben des doutes sur la tribune que je prends pour dire, dans l’espoir, peut-être naïf, de contribuer, à échelle humaine, dans mon réseau, à ce qu’ensemble on s’approprie ces faits là comme le reste. Qu’ils deviennent génériques.

Qu’ils fassent partie de nous, partout, qu’ils cessent d’être marginaux, jugés, intimidés…

Qu’ils fassent partie des histoires qu’on lit à nos enfants, du paysage politique, de l’enseignement, de vos programmes à tivi et des possibles dans les conversations existentielles:

« maman est-ce que je peux aimer deux personnes en même temps? »
« oui mon bb! (sont-elles au courant?) »
« maman est-ce que c’est correct si mon amoureux cette semaine c’est Toto mais que j’aime encore embrasser Sasa? »
« oui mon bb!? »

Que ce soit aussi normal et générique que de s’aimer entre humain.es du même genre, à plusieurs que ce l’est de s’aimer en dyade ou entre hétéro.

Je l’écris.

Parce que je chéris la diversité et célèbre la couleur.
Toutes les couleurs.
Incluant désormais la mienne. À voix haute à presque 40ans…

Je l’écris,

Parce que mes enfants.

Dans l’espoir qu’ils auront espace, accueil, sérénité et sécurité pour aimer comme ils l’entendront, comme ils le sentiront. Aimer autrui et s’aimer eux-même.
Fiers. Confiants. Heureux.
Comme ils seront.

Mes enfants grandissent en sachant au quotidien que l’amour est inclusif et qu’il peut prendre plusieurs formes. Que d’aimer des deux bords et d’aimer multiples est sain quand c’est honnête et bienveillant. Que ce n’est pas par peur de l’engagement, ni parce qu’on est volage. Que ça se peut que ta famille séparée-recomposée ne possède pas les attributs de la famille de la princesse de Disney et de son prince quelconque…

Ils savent aussi,
que de s’habiller créativement, avec autant de paillettes et de tulles que ton coeur te le dicte en étant né garçon, mérite qu’on te sacre patience à la récré et qu’on salue ton audace en te laissant jouer au ballon comme tous les autres marmots de la tribu. Qu’une fille n’a pas à être délicate et qu’elle peut être plus forte que toi…

Les livres pour enfants, les films, notre manière de répondre à leur questions mettent de l’avant bien souvent une seule façon d’aimer. Un seul modèle de couple et d’humain.e…
On genre. On limite. On juge. On circonscrit et on transfère nos peurs dans l’éducation à nos enfants. (oui on fait de notre mieux aussi! Je sais ben! Et j’admire les coeurs ouverts!)

Quand on déroge à la norme, on grandit avec la certitude d’être incorrect, insuffisant…on se fait donner des conseils de ne pas nommer, pas dire, pas brusquer, pas oser, de se taire, de pas faire ni montrer et que ça doit être une phase.

Or, je ne veux plus de ce jugement, ni avoir peur, pour mes ami.es, pour mes enfants, pour moi. Aussi crochue soit la démarche.
J’aime, je nous aime deboutte.

Par amour, donc j’écris et rêve à mots bruyants que vous participiez à transformer la peur en possible et les murs de haine en tapisseries de fucking calinours!

Que ce soir en racontant une histoire, vous y ajoutiez de la couleur. Un peu. Que les barbies se matchent entre elles. Que les princesses gèrent elles même les dragons, que vous portiez une robe une fois avec votre garçon en public…

Et encore plus fou,
si vous entendez ou lisez un commentaire homophobe ou des propos de douche bag sur la différence (toutes les différences), que vous preniez position pour défendre le droit au respect pour chacun et la nécessité, la beauté de la diversité.

Que la bienveillance et l’amour gagnent.
Icitte et partout x

Tagué , , , , , , , ,

L’invisible philanthrope, un géant chez les Hommes

Petit récit invisible, doux parmi les hommes :
Au metro Jarry durant la La guignolée des médias, un homme en situation d’itinérance s’avance vers l’une de nos bénévoles et lui tend son orange et un 0.25$ qu’il venait de recevoir en disant, « pour moué c’est important de partager ce que j’ai ! »

Monsieur, votre générosité sincère nous bouleverse mon équipe de la Société Saint Vincent de Paul et moi. Humble et brut. Sans témoin ni suite. Une main tendue vers l’autre dans l’espoir sincère de faire une différence à hauteur d’homme, que dis-je: de géant!

Pour moi, touttte ma job en philanthropie prend icitte son sens. 😭

#Ensemble
#TousPhilanthropes y’a pas de petits dons et on peut TOUS faire une différence
❤💚

Tagué , , , , , ,

L’INCLUSION: L’AFFAIRE DE TOUS!

Walmart coupe son programme d’intégration au travail pour les personnes handicapées ou autistes (et dans une tentative désespérée de R.P se perd en subtiles et oh combien inspirantes nuances sémantiques…)

Ils étaient déjà loin dans mon estime et nullement dans mes habitudes de consommation.
Désormais, j’ai mon tshirt FUCK WALMART.

Toutefois, je nous invite à prendre conscience de ce que leur geste odieux provoque comme constat: Les personnes en situations de handicap n’ont pas de place! Pas de choix et de bien piètres conditions de rémunération et de vie. 

Certes, couper un programme d’intégration dans une multi mérite l’indignation.

Mais je nous pose tout de même cette question:

Où sont les employeurs et entreprises locales pour les personnes autistes ou handicapées?

Pourquoi dépendons-nous d’une grrrrosse chaîne americaine?

Pourquoi ne sommes-nous pas capables d’offrir des postes, des opportunités diversifiés dans tous les milieux, à ces humains lumineux qui apportent autant qu’ils ne reçoivent?

L’inclusion c’est l’affaire de tous! PME comme les multinationales! Et pour faire de la business ici, ça devrait être un must!

Utilisons cette situation pour prendre conscience de nos failles, de la précarité dans laquelle les personnes en situation de handicap se trouvent et surtout pour améliorer nos pratiques!

Et j’invite les organismes, les commissions scolaires, les entreprises petites et dodues à devenir eux-même vecteurs de changement!

À très court terme: Que pouvez vous faire pour favoriser l’inclusion dans votre organisation?

Et en vrac, je me permets, parce que je suis une machine à utopies, de rêver ça,

1) sortons walmarde du Qc
2) créons des alternatives et opportunités inclusives p.a.r.t.o.u.t (en pub, fleuristerie, en festival, gaming, industriel, commercial, cinéma, service, construction etc)
3) Appuyons-nous sur des initiatives positives et inspirantes pour réussir l’inclusion
4) Permettons à ces personnes de contribuer dans la société, société qui est aussi la leur, qui est la nôtre, à TOUS et à TOUTES.
Finalement, pour des idées comment faire et des ressources d’organismes pour devenir une entreprise inclusive contactez Sur le Fil, Fondation pour l’Inclusion, Action Main d’Oeuvre, Destination Emploi!

Support_Neurodiversity_by_AspieAuty

Tagué , , , , ,

Acouphène

Parfois, on s’assoit là, le regard tourné vers le dedans.
La moue pas socialement acceptable.

Critique.

Grise comme l’hiver qui pleure du verglas sur nos -22.

Pendant un moment, un matin, on cumule, plus enthousiaste du tout.

Le corps trop petit pour contenir toute l’énergie.
Le coeur avec une acouphène,
Le contact entre les possibles, le rêve et l’état actuel des choses fragilisé par l’absence, les injustices, par la haine, par le bruit, le faux, le vil gratis.

Lire la suite

Tagué , , , , ,

Une campagne siphon

En 2014, j’apprenais à être mono-mère et à faire de la politique.

Motivée à transformer le feu qui me squatt en inspiration et en énergie constructive, j’ai alors saisi une perche qu’on m’a tendue à 3 reprises et je me suis impliquée bénévolement dans la campagne politique scolaire de Priorité École en me  présentant comme candidate au poste de commissaire.

Par convictions que l’éducation est une valeur dans laquelle nous devons tous investir, j’ai, avec des dizaines de citoyens inspirants, donné de mon temps, de mon argent.

Soutenue par mes amiEs formidables- et-tout-aussi-bénévoles, j’ai fait du porte à porte avec mes deux enfants dans une charrette, j’ai débattu, rêvé mieux pour nos enfants avec tout un tas de parents engagés, sur le terrain, au sein de notre équipe et des autres, on a levé des fonds, appris à faire une campagne et monter « un parti » et j’ai rencontré des citoyens qui donnent espoir.

Puis est venu le temps de la paperasse.

Lire la suite

Tagué , , , , ,

PIZZA & CONSENTEMENT

 

Au retour d’une fête faste et bubbly, je rentre au bercail, éméchée joliment et affamée.

En traversant l’un des très peu respectés passages piétonniers de la rue St-Laurent, je vois dans mon angle mou, l’une de nos nombreuses institutions de pizza à croûte cheap.

J’analyse mes options de foie gras dans des choux de Bruxelles ou de poutine livrée chaude à domicile.

… 

hum

Nulles

Je fonce donc sur la pizzéria, déterminée à me gaver comme un nourrisson sur sa première têtée.

Un troupeau de mecs occupe le lobby crasse, (ils squattent la fucking porte).

D’autres types épars, semi cachés dans leur tuques sales, gisent le long du mur en louchant.

J’ai la sensation de pénétrer un club privé version glauque…

En entrant, je lâche un salut d’aisance, comme si le monsieur tanné qui garroche les pointes au four était mon oncle! C’t’un truc, exagérer me donne de la contenance pis fuck, je veux juste une pizz. 

Fait qu’un coup le hall alpha traversé, 

Je m’avance au comptoir et attends ma pizza comme un chasseur son chevreuil. Drette, focus, silencieuse et confiante.

Au moment de quitter le site bucolique avec mon butin de pointes, le troupeau du portail, amorce la « conversation ».

– Eh! Salut! T’es belle!

– Merci!

– Veux-tu m’embrasser? (Let’s not waist time man! Drette au but! Que je me dis)

– Peux pas, j’ai la bouche pleine!

– Envoueille, j’ai toujours rêver de coucher avec une cougar »  (SIC!)

– C’est cute…

En 4 phrases, on passe d’inconnus à livre ouvert.

En 4 phrases on passe de salut à tout nu!

Je souris de sa délicatesse.

V’là un convaincant qui exprime son potentiel avec verve et attrait…

Encore de bonne humeur, un brin coquine certes, je ne me formalise pas de l’approche sans préliminaire et lui lance en riant; 

– Dommage! J’en connais pas! de cougar J’espère que tu vas t’en trouver une! Bonne nuit! »

Puis, je poursuis ma route.

Alors que je tourne le coin pour emprunter une transversale plus calme, il me crie; je veux un bisoooooou et reste, heureusement, tranquillement en position de vigie, en mode grégaire dans le temple du pépéroni.

Je continue donc guillerette ma trotte, presque soulagée, quand apparaît à mes côtés l’ami ivre de mon Rimbaud de la Maine.

– Quoi! Ça va finir comme ça!? Il veut juste un bisou!

– Non! Bonne nuit.

J’avance.
Il me suit.

 

– Eh! C’est quoi un bisou!? C’est rien pour toi un bisou! Quoi? Il est pas de ton goût! On est beaux non? Ça te tente pas un jeune? J’étudie en économie et lui en droit! Allez! À moi! Fais-moi un bisou à moi! Je vais lui rapporter! »

– Non!

Il insiste. J’avance. Il me suit. 

– Demain, je lui réponds, quand je serai en mode intervention. Je vous ferai un bisou!

– Quoi tu es dans la police?

– I wish. Mais non, je travaille en garderie. Ce soir, je suis en congé, je ne m’occupe pas des enfants des autres!

– Quoi!? 

Oh! Ok! Tu ne veux pas! Donne-le à moi! Donne-le ici le bisou. Fais-le ici! Ouais c’est ça! Yo! T’es une salope!

4minutes. 2 pointes. 150 caractères. 1 coin de rue. 

Eh hop! On s’égare en égo, en intensité pis en insultes. 

De dream babe à bitch. 

À l’écouter je lui dois quelque chose…

Je suis à mi-chemin.

Fuite rapide? Secours? 

Que Nenni…
Seule sur une rue sombre avec le galant

Pleine de patience et peu confiante en mes kata, je m’arrête.

Je regarde le kid aviné dans les yeux.

Entk j’essaie de lui pogner le flou du regard…

Je ne le trouve ni drôle ni mignon. Il me gosse et commence à troubler ma quiétude. 

Mon arrêt sur image le déstabilise.

A défaut de mieux, pour passer le deux cent mètres qui reste, je me donne la mission d’éducation. 

Je lui demande alors, sévère comme une mère, calme et ferme en me retenant  de lui sucer un oeil ou de le frapper à coup de pointes, s’il sait ce que veut dire le consentement.

S’il a l’âge de changer lui même sa couche ou s’il faut que j’appelle sa maman pour qu’elle l’éduque et le ramène à la maison! S’il sait que ce qu’il fait est du harcèlement et s’il se rend compte que sa technique ne peut lui attirer que  plus de claques que de pipes.

Arrivée à destination, je monte l’escalier, soulagée de mettre fin à cette brève et désagréable échauffourée. Je cherche mes clés dans ma trop grosse sacoche. Je sonne chez mon amour endormi.

L’aviné morron, persiste et du bas de l’escalier, trainant sa blessure narcissique plus lourdement que moi qui essaie de lever un piano, au moment où je passe la porte, se met à crier, avec ardeur et romantisme: je vas te faire la passe, tout ça combiné à une incantation de gars saoul, puis dans une grande finale désenchantée, me rappelle: le karmaaaa te rattraperaaaa…

En 4 minutes, 2 coins. 2 pointes. Tout est devenu frett. 

la joke  grotesque et son attitude creepy.

Même si je suis à l’aise avec les edges, même si j’ai de la répartie et assez confiance pour éduquer à 03h du matin ou hurler des insanités à qui de droit en frappant sur un hood de char avec des tites ailes d’ange accrochées au dos ou en bûchant avec humour sur l’estime des jeunes fringants qui pensent qu’une formation en économie pis un pénis c’est assez pour que tu cours tunue vers lui en jouissant plus fort qu’une tortue qui zigne sur une chaussure, 

rendue sur le tapis de l’entrée de mon amour, qui ne comprenait rien à ma colère, en shakant comme une octogénaire su’l speed, l’appétit coupé avec la voix qui craque, 

j’ai encore ressentie cette putain de vulnérabilité. 

Et l’asti de peur. 

Celle qui te fait marcher, depuis tes 15ans, les mains sur tes clés avec l’assurance d’un bulldozer alors quand dedans tu feel peanut. Celle qui te fait hurler, quand un graineur arrogant te supplie de le sucer ou te suis en char en t’insultant, plutôt que pleurer, de figer parce qui parait que « dont dip in crazy » c’est l’truc. 

Avec les pointes tordues, dégrisée et agitée, je suis rentrée. En feelant mes quinze ans et toutes les filles qui n’y vont pas tuseule la nuit manger de pizz… 

Je suis rentrée deboutte avec la certitude qu’il faille, entre 8 et 21 ans, parler de manière explicite, en amont des fêtes pis des flirts, de relations saines, de consentement, de sexe pis d’approche digne sans dick pic. 

Parce que de remettre les prédateurs douteux à leur place, au bas de la chaîne alimentaire n’est pas toujours facile et s’en débarasser encore moins, il faut prévenir.

En attendant, que les hyènes dans les hall alpha se ferment la yueule, se ramassent le vice afin qu’on puisse circuler guillerettes et libres en souriant sans se soucier de devoir les gérer, 

je compte sur vous qui éduquez des garçons pour en faire autre chose que des bêtes affamées et pathétiques. Je compte sur pour que les hommes soient charme et alliés. 

Je compte sur vous pour rappeler à vos filles qu’elles n’ont pas à satisfaire un morron sur la maine ni un mononc aux mains longues et que c’est ok de leur en sacrer une, de faire des frette pis des malaises.

En attendant que ça passe, je compte sur nous pour que ça change. Parce que la pizz c’est meilleur chaud même à 3h du matin…

 
 
 
 
 
 
screen-shot-2016-12-22-at-6-50-37-pm
 



Vidéo de catcall parodie, de Junkin Media ici,
En espérant que le consentement soit un jour, ou peut-être une nuit, le plus sérieusement du monde, autre chose qu’un # populaire et que le harcèlement de rue soit considéré comme un fléau qui existe pour vrai, qu’on peut enrayer, ensemble. 

Tagué , , , , , ,

Bonheur à la frontière

Mercredi est jour d’école à la maison et surtout jour de transition entre chez papa et maman pour mes fougueux.

La traversée de la frontière est souvent accompagnée de fébrilité, de larmes que j’étouffe dans un sourire ou que j’essuie doucement en bouffant les joues parfaites de mes deux petites utopies.

Nous nous quittons chaque fois, après une série d’immenses câlins,  en formant des cœurs avec nos doigts et en traçant des coeurs sur nos poignets, qu’on remplit ensuite de bisous. Pour les urgences. Pour la semaine.

Lire la suite

Tagué , , , ,

UN VILLAGE

« Ça prend tout un village… » Pour réussir l’inclusion.

Et c’est ce qui rend l’exercice si magnifique!

Fils I: Joyeux petit personnage d’amour et de frisous vit la 1ère expérience d’inclusion d’un enfant autiste en classe régulière à l’école alternative Rose-des-Vents.

Chaque jour, un enfant choisit de passer la récréation avec lui afin de vivre un succès social réciproque.

– Est-ce toujours facile?

– Non! répondent-ils!

– Pourquoi le faites-vous?

– Parce que je l’aime Maël! Je veux qu’il joue avec nous! Pas qu’il reste tout seul! Parce que c’est important de l’aider maintenant pour qu’il réussisse plus tard!

– Tu apprends quoi, toi?

– J’apprends à être son ami. J’apprends c’est quoi l’autisme!

Ils ont 7 et 8 ans.

Ils comprennent le sens, les bénéfices et l’enjeu.

Si. Seulement…

Plutôt, que d’être étouffé par des atrophiés-du-possible-aux-incohérences-comptables, notre projet de société était propulsé par des enfants…ou enfin des politicienNES grandEs, immenses comme eux.

Si seulement on s’aidait doucement.
Ensemble un peu.

*****

Note:

La poursuite de cet espoir d’une éducation inclusive cohérente à la politique instaurée en 1999 est compromise par les coupures actuelles en éducation.

Investissons en éducation!

Investissons dans le potentiel des enfants au cheminement atypique!

Lire & Signer le MANIFESTE

#Ensemble

20160111_090619.jpg

Tagué , , , , ,

L’AUTISME, SOUS UN ANGLE DIFFÉRENT…

ENTREVUE SALUT BONJOUR

Afin de démystifier l’autisme, lui rendre l’humanité de son visage et la sortir des stéréotypes, une exposition à grand déploiement est réalisée par le talentueux et sensible Jacques Nadeau, photojournaliste au Devoir.

En collaboration avec Qc Sciences et divers partenaires, une trentaine de photos seront projetées dans toutes les stations du métro de Mtl et se promèneront ensuite à travers le Qc.

Le 2 avril, journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, Jacques et moi avons eu la joie d’être reçus par Gino Chouinard à Salut Bonjour pour parler neurodiversité!

«Différent, ça ne veut pas dire moins bon, ça veut dire pas pareil…»

Cliquez ici pour voir l’ENTREVUE

Tagué , , , , , , , , , ,