Archives de Catégorie: Différence

On se la sort; Hommage au pirate

Quand le soleil se tanne de n’pas avoir été, en Hochelagadie, on se réjouit drett à la pointe de son audace en se la montrant.

Au complet.

Pas de bretelles. Pas de tabous d’aisselles ni de doute sur le format ou la tension de l’épiderme. On se la sort. Point.

BÉdaine d’abord on se retrouve dehors, l’origine de quelques-uns exhibée et fière. Comme si on était toute la gang su’l balcon de l’un.

Élément du patrimoine local, que dis-je véritable légende, ma préférée (bÉdaine rappelle-je!) est, sans z’aaaaucun doute celle du pirate uni-jambiste et hirsute. Homme-marge, à la peau de cuir, au vécu pas liché, il pose souvent sa patte droite de plastique, indépendamment du reste de son corps, sur le banc public. Paradoxe d’attachantitude malgré l’air qu’il se donne, assez pour prendre un pli, il nous pousse la chansonnette, cigarette au bisou en s’arrêtant parfois pour nous offrir une parabole butchée.

Pendant plusieurs années, nous avions un violoniste à trois cordes-trois tounes. Il grinçait partout dans le quartier avec passion en faisant des shifts de 12h sous la pluie. Mark qu’il s’appelait (il me semble! Demandez à mon fils, c’est lui la mémoire des prénoms)

L’Homme-Violon

On l’a perdu.

Notre pirate crie doux. Comme quelques autres d’ailleurs, ils mettent du vif sur le bitume et veillent, sur nous passants et dormeurs. Étrangement ou candidement peut-être, plus que le silence d’une ville qui fait trop de ménage, ces êtres me charment et me rassurent…

 

Tagué , , , ,

ENTREVUE LA PRESSE

À la suite de la publication du Manifeste pour une Éducation Inclusive & Cohérente, co-signé initialement par 13 personnes, professionnels, parents, chercheurs, artistes et autistes, Christian Merciari, journaliste éditorial à La Presse m’a reçue en entrevue, le 10 avril dernier.

L’entrevue permet de faire un survol de certaines observations et  idées qui ont menées à cette première mobilisation, à laquelle vous pouvez contribuer en signant le Manifeste. Cette démarche vise à sensibiliser, entre autre la population à la réalité vécue dans les écoles, à valider le potentiel de nos volontés et à encourager ultimement des changements à la source.

À ce jour, nos actions ont permis d’ouvrir le dialogue avec deux comissions scolaires et les milieux syndicaux. Le chemin est long, le système est dense, mais nous percevons une ouverture.

Un pas à la fois…

La Presse, 10 avril 2014

Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo de l’entrevue 
SIGNEZ LE MANIFESTE

Tagué , , , , , ,

Manifeste I :: Solutions

Voici les pistes de solutions que nous proposons afin de favoriser une inclusion harmonieuse pour les enfants aux besoins particuliers.

 

Premièrement:

En 2015, la convention collective du personnel de soutien sera négociée à nouveau et, bien qu’ils soit possible d’assouplir les mesure localement comme la CSPI l’a fait notamment, certaines clauses se jouent à l’échelle nationale. Il prime d’harmoniser les pratiques sur l’ensemble du territoire.

Nous voulons que la clause qui génère le mouvement de personnel en cours d’année (contrat en surcroît) soit abolie et que les services offerts, ainsi que les intentions syndicales agissent afin de favoriser la stabilité et l’émancipation des enfants.

Lorsque la qualité de la relation, les désirs des partenaires (intervenant, enfant, parents) et les circonstances le permettent, nous voulons que la continuité des services soit privilégiée d’une année scolaire à l’autre

Nous souhaitons que les directions aient leur mot à dire sur l’embauche du personnel de soutien afin d’assurer une cohésion avec le milieu et la famille.


Deuxièmement:

La formation doit être bonifiée au niveau universitaire. Les notions d’adaptation scolaire et d’inclusion doivent devenir partie prenante du bacc.

Il est primordial que la formation continue investisse d’avantage d’efforts au niveau des besoins des enfants au cheminement particulier et que les écoles soient soutenues afin de créer des communautés apprenantes avec un support réel une approche globale. Nous voulons que les milieux scolaires développent des ententes de services avec des établissement d’enseignement universitaires et/ou des organismes de formation afin d’assurer la formation continue de son personnel enseignant, professionnel et de soutien.

Nous voulons que les élèves ayant un TSA soient accompagnés par des intervenants ayant une bonne compréhension de l’autisme. Nous souhaitons concernant ces élèves que les qualifications en autisme priment sur l’ancienneté lors du processus d’affectation ou que les intervenants en postes reçoivent rapidement une formation continue pertinente.


Troisièmement :

Nous devons investir collectivement dans notre système d’éducation. D’une part les budgets doivent être bonifiés pour les services adaptés et nous devons réduire la pression sur les ratios dans les classes et les écoles. Nous devons favoriser une plus grande collaboration avec les organismes locaux et divers palliers de partenaires afin de diversifier les sources de financement et les services aux enfants.

Bien que peu de partis en eurent fait un enjeu prioritaire, l’éducation et la mise en branle d’un plan concret d’actions en faveur de l’inclusion, en cohérence avec le vécu réel des communautés scolaires, sont une nécessité.


Finalement:

Nous voulons que les milieux scolaires appliquent la Loi sur l’instruction publique (art. 234) et que l’allocation de départ soit accordée selon une évaluation réelle des besoins de l’élève en classe et dans tous les autres contextes environnementaux et sociaux de la vie scolaire et non selon la formule actuelle de 10 heures par semaine.

SIGNER le manifeste

Retour au manifeste intégral

Tagué , , , , ,

Phyl & Bibi

Collatéral anecdotique d’une amitié et collaboration Neurotypique*/TSA*.

 

Phyl et moi préparons notre contenu pour la conférence au Salon de l’autisme TSA du Québec en octobre prochain:

A: Phyl, j’ai besoin que tu me rédiges ta bio pour la présentation de notre conférence

P: Tu la préfères grosse ou petite

A: Haha! Je la préfère efficace

P: Pourquoi tu ris?

Observations:

1) Phyl garde ben plus le focus que moi.
2) Mon humour est cheap le vendredi.

 

Image

* Neurotypique: Non autiste 😉
* TSA: Trouble du spectre de l’autisme

Tagué , , , , ,

Portrait

Crédit: Rachel Coté, Coup de Pouce avril 2014

Crédit: Rachel Coté, Coup de Pouce avril 2014

Envie de découvrir, de manière positive, la réalité de familles qui évoluent avec des enfants autistes, inspirants et brillants? Voici l’article rédigé par Marie-Pierre Bouchard dans le Coup de Pouce d’avril 2014.

Tagué , , , , , ,

LA NEURODIVERSITÉ

La neurodiversité désigne la variabilité neurologique.
Elle admet la réalisation, le vécu simultané de plusieurs modes de fonctionnements neurologiques chez l’humain.

La neurodiversité abonde dans ce sens: il n’y a pas qu’une seule façon d’être un être humain!
Sur le Fil reconnaît cette richesse, supporte et encourage la neurodiversité!

Image

Tagué , , , , , , ,

Impliquez-vous!

3 NOUVEAUX ADMINISTRATEURS RECHERCHÉS

Vous avez envie de contribuer à l’inclusion des personnes autistes dans la communauté, de développer votre réseau professionnel et/ou de vous impliquer sur le c.a d’un organisme audacieux qui repense les pratiques et questionne les évidences ?

Voici l’opportunité de le faire!
IMPLIQUEZ-VOUS!

En juin 2013 est né: Sur le Fil. Bien que tout jeune, notre organisme est actif, volontaire et fort bien entouré! Le c.a est constitué de jeunes gens d’affaires et professionnels, respectueux et intelligents et de beaux humains se lient à la cause à travers les projets.

Nous sommes désormais à la recherche de 3 nouveaux administrateurs dont les profils correspondent à l’une OU plusieurs de ces caractéristiques:

– Comptabilité et/ou affinité avec l’ARC
– Droit
– Business wise et/ou aptitudes en vente
– Grande aptitude à la mobilisation et vaste réseau
– Facilité à communiquer
– Sincère envie de s’impliquer, contribuer à faire la différence, agir

qui-est-qui

Vous êtes curieux, intéressé et/ou extraordinaire?
Nous serons ravis de recevoir votre candidature via: Fondation ou à cette adresse: annick@synodik.com

Engagement des membres du c.a

Tagué , , ,

Durer n’est plus suffisant…

«Plus on est conformiste, plus on est dangereux.»

Mine de rien, il le balance.
Il porte une barbiche et un costard. Il échange avec une voix posée aux accents normatifs et semble appartenir à une classe intello lointaine…
Les plus libres ne sont pas toujours les plus spectaculaires.

Albert Jacquard.

Ce grand-papunk (vouiii j’aurais aimé l’adopter! Le rencontrer d’abord, l’adopter ensuite! 😉 a étudié beaucoup, s’est conformé souvent et refusé tout autant. Il s’est construit en se heurtant, en observant, en collaborant surtout et en se détournant de ses propres évidences. Il a marché l’époque, la sienne et la nôtre, en planquant ses yeux dans ceux de l’espoir et de la suite. Il a su gardé ses idées en mouvement, son utopie vivante et émancipée de tout cynisme.

**

Mon utopie

Ce livre a beaucoup inspiré l’orientation alternative de nos choix familiaux en matière d’éducation (entre autre). Barbouillé, griffonné. Je le (re) lis comme je lui parlerais.

Alors que fils I s’endormait encore dans une poussette et que le quartier ne pullulait pas de petits cafés et de bars courus (0 nostalgie, juste un constat pour se mettre les pieds à la bonne place sur la TL), assise au Parc Morgan, la face dans le soleil, entre un kit de canettes, un mec en costume d’anarchiste et un vieillard endormi (qui avait vidé les canettes…), j’ai rencontré, pour la première fois, les idées immenses d’Albert Jacquard.

Ce livre, que je relis aujourd’hui, nourrit à nouveau ma réflexion et stimule aussi l’évolution du document fondateur de Sur le Fil, Fondation pour l’Inclusion.

«Il faut mettre la société au service de l’école; pas l’école au service de la société. Il faut être au service de l’intelligence qui évolue et rappeler aux êtres qu’ils se construiront grâce aux autres, en collaboration et non pas en compétition.»

Ensemble.

Je suis les liens que je tisse; cette interdépendance globale, et non pas seulement propre à notre espèce, est bénéfique. Lorsque nous le reconnaissons, notre vulnérabilité devient constructive. En fait, je crois profondément que cette vulnérabilité est magnifique et nécessaire…

Humblement humain, nos limites sont franchissables par la confrontation, l’audace, l’entraide et au contact des failles & forces de l’autre. Au contact de la différence…

L’éducation en tant que valeur prioritaire, fondement du nous ou en tant que système?

Le système m’apparaît désormais comme une entité-point de fuite- qui nous permet de justifier notre déresponsabilisation et inaction collective face à une valeur qui nous appartient et nous définit.

Alors que nous tendons vers la performance, que l’éducation réclame un ralentissement, des câlins et beaucoup d’investissements, que nos institutions moisissent et qu’elles témoignent de notre désintérêt (de nous même, de la suite?), rêver, proposer et agir devient d’autant plus nécessaire.

L’éducation devrait-elle subordonner ou inspirer? Que faire des atypies, qui deviennent, de plus en plus, la norme?
Ne devrions-nous pas éviter de reprendre systématiquement le modèle parce qu’il a fait ses preuves une fois. Sans nier les bénéfices de l’expérience et la valeur de certains éléments des structures en place, acceptons l’inconfort et le chaos que génèrent l’essai et la nouveauté. Osons la collaboration, la vulnérabilité et l’incertitude.

Sur le fil, l’équilibre se négocie à chaque respiration, chaque pas, et on est une gang en suspend…
«Durer, n’est plus suffisant…»

Tagué , , , , , , , , , , ,

De l’utopie à l’inclusion

Agir en cohérence. Oeuvrer de manière inclusive pour la rendre générique.

« Il n’est pas normal que les associations, y compris parmi les plus grandes et les plus respectables, ne prévoient tout simplement pas la présence de personnes autistes en leur sein… »
Josef Schovanec, Je suis à l’est.

Comment peut-on soutenir une mission d’inclusion sans l’incarner soi-même ou défendre les intérêts d’un groupe sans donner la parole aux principaux concernés sur l’ensemble des dossiers ?

Au sein de Sur le Fil, Fondation pour l’Inclusion, nous sommes de cet avis depuis le jour 1.

Voilà pourquoi sur le c.a de la fondation siègent des humains de tout acabits et que, sur chacun des projets, nous incluons la neurodiversité de manière spontanée.
Les idées (et les êtres) évoluent quand elles se complètent et se confrontent.

Nous souhaitons passer de l’utopie à l’action et devenir crédibles ensemble.

«Practice what you preach»

Identité visuelle réalisée par: Bipèd Communications
Citation tirée de la page de Comité TED-TSA sans Frontière.
Renaud, petit asperger, brillant.

Tagué , , , ,