Archives d’Auteur: Annick

jour 4

Embrase-mon corps de tes mots incendies
Aimons-nous plus fort que la douleur du monde
Vibrant.es et éternel.les devant l’absurde et l’indicible

Sur le bout de ta langue
enivré.es & incandescent.es
jouissons immobiles
hurlons sans crier

lancinant écho au creux de mon coeur indomptable
ta bouche, tes mots
partout à toi
sans forme ni matière
de verve en fougue
ta peau territoire à portée de mes doigts
sans toucher, j’écoute, m’égare
et abdique sans lutte
dans l’instant éphémère et fragile
sans heurt ni fracas
tout éclate et se révèle

Embrase-mon corps de tes mots incendies
Aimons-nous plus fort que la douleur du monde
Vibrant.es et éternel.les devant l’absurde et l’indicible

#NaPoMo jour 4


crédit essaie photographique : Sage Rebelle
Tagué , ,

Peser nos mots, changer notre perception

Je suis ben émoustillée entre mois de la poésie et mois de l’autisme. J’en profite donc pour déposer un humble plaidoyer en faveur d’un vocabulaire respectueux et d’une reconnaissance positive de la neurodivergence!

– La neurodiversité : est un concept inclusif qui reconnaît la pluralité des fonctionnements cognitifs comme contributeurs à un écosystème. Comme la biodiversité. Ça veut dire qu’on est toustes inclus.es dans le concept : neurotypique, TDAH, autiste, handicap, trisomie et toutes particularités du fonctionnement neurologique et cognitif…

– Le concept met de l’avant l’idée qu’on a toustes notre place avec nos fonctionnement plus ou moins atypiques ou conventionnels. Comme dans la nature… Surprise! indissociables nous sommes…

– La neurodivergence : (nous permet d’apprendre et d’accéder à une perception distincte du monde! Mais ça c’est mon éditorial) c’est le terme à favoriser pour parler des fonctionnements cognitifs qui divergent de la norme (t’sais la norme! Cette base de référence à tendance hégémonique qui se positionne comme ze best shit à qui ressembler).

– On ne parle donc pas des personnes autistes ni toutes autres personnes ayant un fonctionnement cognitif distinct en utilisant le terme neurodiversité comme s’il leur était exclusif. On peut parcontre utiliser le terme neurodivergent.e précédé du mot « personne »…

– Neurotypique : est le mot à favoriser, plutôt que « normal » (qui sous entend que tout celleux qui se distinguent sont anormaux), pour parler des personnes qui ont un fonctionnement neurologique et cognitif plus typique.

Parce que personne n’est exclusivement son diagnostic et tout le monde aime être considéré dans son ensemble de couleurs.

– Finalement, de manière bien radicale, j’inclus ici mon souhait (cher père noël can you hear me!!?) qu’on élimine le mot déficience intellectuelle pour toujours lorsque l’on parle des personnes qui ont un hadicap intellectuel et dont les performances cognitives ne satisfont pas les test normy

Toustes diffèrent.es, toustes humain.es! Notre apport au monde est aussi humble, absurde que précieux

#Ensemble 💙

Tagué , , , , , , ,

l’enfant du refus global…

Aujourd’hui, est la journée de l’autisme, le mois de la poésie #NAPOMO et de l’autisme et récemment la semaine des personnes en situation de handicap.

Ni hasard. Ni fatalité.

Une journée parfaite de soleil enthousiaste pour faire fondre la crasse, la neige endeuillée de l’hiver qui faiblit et encore trop de préjugés sur la neurodivergence.

J’aimerais bien que tous les jours soient un printemps de célébrations et d’inclusion.

Quand mon géant était en gestation, j’avais rêvé de lui.
Il avait d’immenses yeux verts, des cheveux blonds et sa bouche longue et siphon s’attachait à mon sein pour toujours.

Je m’étais alors, je ne m’inventerai pas de vertu, réveillée en panique.
Aujourd’hui je sais que c’était une prémonition.
Je n’ai plus peur. Enfin. Presque.

15 ans ont passées. Ma relation au temps est particulière; fluide, impatiente parfois, ou molle comme les montres de Dali.
Bref, au fond, je n’ai aucune idée c’est quoi 15 ans, mais je sais de l’amour ces rencontres qui nous transforment et du temps, ce qui nous ancre en mieux, en nous pour vrai. Une track improbable et pis why not!?

La vie m’a fait confiance et confié les plus spectaculaires. Deux intarissables fougues dont les élans n’ont rien à envier aux grands vents.

Ma recrue, enfant feu de tous les possibles…

Et lui, un géant.
Un être entier, authentique, lumineux dont les couleurs dépassent toutes les lignes
le coeur à l’absolu et la tête ailleurs. Autiste et atypique

Lucide devant l’étrange,
l’immense
et l’horrible du monde dans lequel nos enfants à paillettes irradient quand même
je n’imagine nulle autre suite sans sa joie, sa musique forte, sa face d’intouchable, sa poésie impromptue et automatiste :

« Maman arabashnitanek! Je me sens un petit peu bien! Le grand voyage Esperanzbi! J’espère qu’il suffira d’un grand bonheur »

Désormais en paix avec ce fil infini qui nous lie et duquel il dépendra toujours un peu, moyen ou beaucoup,
sa petite-grosse main maladroite, jamais loin de ma joue,
je grandis avec ces enfants monuments que la vie m’a offert.
En colère parfois, en espoir surtout,
en souhaitant de nous, que l’on crée l’espace d’accueil nécessaire,
reconnaisse leur contribution au monde et que l’on regarde avec eux, elles, iels dans la direction des possibles
là où ensemble n’exclut plus jamais personne.

Je nous mets au défi d’accueillir la différence, comme il accueille la mer.

Tagué , , , , , ,

base de 10 & mimosa : MERCI les profs !


A vous ami.es profs, ma soeur et surtout adorable communauté de École alternative Rose-des-Vents!

Accompagnée de deux magnifiques colorié.es, j’ai vu passer 9 années à Rose-des-Vents.

Chaque matin, je vous ai vu debout.

Dans l’ombre de votre routine, de vos propres défis et d’un soleil timide en ta’ au moins la moitié de l’année scolaire, avec votre san’wich, votre thermos, votre trajet parmi les cônes et un café pas fini qui refroidit dans votre main gauche…vous vous levez pour eux, pour elles, pour iels, pour nous.

Chaque matin, iels vous voient debout.

Entre deux tartines, une chaussette perdue et trop de pâte à dents échappée dans le lavabo par notre ado, entre Hochelag et Rosemont, on répète nos consignes en réchauffant avec amour des lunchs un peu mous quand arrive midi.

En posant nos fesses dans un char frett, on espère : être à l’heure, que notre recrue se rappellera de ses maths, aura son cahier bleu, ne perdra pas sa 7e paires de mitaines, respectera les autres sur la cours de récré, qu’iel vivra des joies et des illuminations pendant vos explications des verbes du troisième groupe…

Surtout, on espère, qu’iels aient envie d’apprendre, n’importe quoi, mais la curiosité assez fougueuse pour avoir soif de vos savoirs…

En se trompant, en ayant le vertige, en sacrant un peu en d’dans des bouttes, mais en ayant l’esprit ouvert, critique et l’audace de se jeter dans l’inconnu avec vous avec la même patience, bienveillance et persévérance que celles dont vous faites preuve.

Chaque jour, depuis des années, dans un système tordu comme les doigts de mémé, parmi des monsieurs en cravates dont les bottines ne suivent pas toujours les babines, vous vous levez et refaites les chemins moultes fois parcourus avec nos recrues pour les encourager à ouvrir les portes de leurs possibles.

Vous rêvez vos journées d’avance pour semer, dans la tête de nos enfants, l’envie d’apprendre et d’innover. Parfois, bien plus que derrière certaines portes closes, vous créez des classes familles, des bulles safe dans lesquelles vous leur donnez l’espace pour douter, questionner, penser et oser, se découvrir, s’apprendre, s’aimer et être elles, iels et eux-mêmes…

Les deux dernières années ont été rough. Si on vous disait merci autant de fois qu’on a douté des suites du monde et autant de matins que certain.es profs ont fait le chemin entre leur lit et Rose-des-Vents, on userait le terme pour des décennies…

En cette semaine des enseignant.es, à défaut de pouvoir vous payer à chacun.e des limo, des mimosas et de vous accueillir avec tambours et paillettes, on vous offre modestement mais avec amour des mots doux.

Pour tous ces matins,debout, malgré tout…

Pour votre créativité et votre engagement, pour tout ce que vous inspirez, pour les moments ou vous rassurez nos enfants mieux que nous et soutenez leur émancipation dans le chaos de l’existence, pour toutes les lettres, les exposants, les bases de 10, les groupes de mots, les projets, les rêves, les folies, les possibles.

pour cette p’tite ficelle qui unit nos familles à la vôtre par le coeur de nos merveilles, pour la chaleur dans le froid parfois,

souvent

et

beaucoup

MERCI

Classe des élèves autistes à l’école de mon géant, fête sensorielle en préparation (avant la pandémie)
Tagué , , , ,

Conte: la naissance d’une petite étoile

La naissance d’une petite étoile est né d’une collaboration avec la dynamique et très débrouillarde Hélène Mc Koy de la Corporation d’animation des places publiques de Hochelaga-Maisonneuve, Petits Bonheurs, le talent de Zita et ma plume. Le souhait, créer, écrire et raconter aux petits et grands un conte d’hiver qui fait marcher 1km, ancré dans le bitume et notre patrimoine local.

Tagué , , , , , , , , ,

graisser le cochon et faire diversion

Charmant…

Monsieur Roberge, nous fait une tendresse et propose aux enseignant.es de tendre l’autre joue.

En gran’ pompe, il offre de relancer deux p’tites journées de consultation sur « la réussite éducative ». En rush, en pleine pandémie, post mépris de toutes visions dissonantes, pendant des négociations arrogantes avec les profs, et parmi des tonnes de décisions prises en pissant 3 minutes avant un point de presse…

Quand on l’écoute ou on le lit, on pourrait croire que tout va bien dans nos écoles! Pit-pit-au-pays-de-ma-CAQ-mon-école-est-un-champ-de-lavande-les-maternelles-4ans-ont-de-vastes-antres-où-semer-des-possibles-les-spécialistes-empilent-leur-linked-in-sur-mon-flat-screen-ouais-on-a-tous-un-piano-à-queue-miroitant-un-avenir-radieux-dans-notre-3e-domicile…

Il suffit pourtant de s’approcher, un tout p’tit peu de nos écoles pour les entendre se fissurer, faiblir et crever la dalle …

En cas de doute,
Let me dépose gentiment, sur le pas de notre intelligence collective, quelques exemples concrets avec pas de fini lustré (articles à la fin du texte)

– Pas d’orthopédagogue pour des élèves autistes ou en grandes difficultés car plusieurs sont retournées dans les classes

– Nouveaux points de services. Équipe sans expérience. Défis particuliers avec nos jeunes au cheminement atypique. On promet de l’aide…Oui? De qui? Parce qu’à la CSSDM nous n’avons pas accès à une conseillère pédagogique, pas de ressources pour soutenir les points de services aux élèves autistes actuellement et personne pour le décrier…

– Classe d’élèves autistes sans enseignante. Pour pallier, on déshabille Paulus pour habiller Pollito. Comment? On retire la ressource pour l’intégration d’élèves autistes de d’autres écoles et on patch la classe trouée. (bonheur éphémère pour l’un, car elle est géniale, mais non permanente, désespoir pour l’autre, car elle n’est plus là)

– Prof absent.e ? Basta! Chillez jeunes gens! On n’a pas de remplaçant.e

– Les masques de procédures obligatoires, imposés sans aucun plan ni vision liés à l’impact environnemental, ne sont pas recyclés pas parce que la CAQ a mis entre les mains de nos écoles publiques sous-financées, la responsabilité de payer pour le faire et de gérer tout ça…pour l’usage que nous en faisons, (les écoles ne sont pas des hôpitaux en zone rouge) on pourrait les laver et réutiliser? Toutefois, c’est interdit…alors à la fin de l’année scolaire, nous aurons jeter environ 85 millions de masques…dont plusieurs auront pris leur envol partout dans la nature…

– Matériel technologique désuet? Bug? Besoin d’installer un programme? Appelez LE technicien…et attendez…

– Attendez encore…

– En fait, matériel technologique ? Quel matériel ?
– Plusieurs TBI ne fonctionnent plus. Les classes ont entre 3 et 8 ordi qui fonctionnent pour 22 élèves…et des classes sont sans rideaux, ce qui empêche de voir les projections…

– Attendez-vous aussi toujours le retour du technicien?

Finalement, ma préférée:

– Savez, les budgets de tutorat promis aux élèves en grandes difficultés?
Ben ces budgets vont entrer en vigueur au 30mars…un an après le début de la pandémie et à 2 mois de la fin d’année…

A l’annonce de leur mise en place, fait vécu, on a eu environ 3 minutes de frissons en groupe de parents su’ zoom! Un p’tit coït de semaine beige.

Ces budgets et clinquantes promesses d’investissements sont chiffré.es à…rrrrroulement de tambourine usée:

300$ pour DEUX mois pour TOUTE une classe!
Je répète: 300$ pour 22 élèves, pour deux mois, pour un an de pandémie dans un système déjà amoché (j’ai d’autres exemples cumulés depuis 2014 pour appuyer ce choix d’adjectif si vous voulez!)
Ce qui fait environ…hum… 5 x 20min de tutorat à 3 élèves ensemble!

Partéééééé!

Ce montant, plus petit que la plupart de nos budgets SAQ durant le premier confinement, représente une bourse fort reconnaissante pour une prof d’expérience dans une école à la cote défavorisée…
Imaginons ailleurs…

Gâtez-vous oisillons, on a la colonne excel pis l’espoir faste en ces temps ardus! On fait touttt promis afin de ramener votre motivation et « bonheur au travail ».

Permettez-moi monsieur de vous offrir, une fois de plus, votre verbe: Vous Robergez! Capes et trompettes sur le gran’ stage de 13h, proposition à l’arrache de consultations publiques et vieilles peanut siphonnées de leur sel trouvées dans les craques de votre lazy boy pour les humain,es gisant dans la p’tite cage! Du leadership inspiré et porteur cher ministre…

Il semble aisé de ne pas trouver de sous et de compenser par des moues dépitées pour les milieux dans lesquels la majorité des talents ou des bénéficiaires sont des femmes et des enfants…non?
Ma lecture manque t’elle vraiment de nuances?

Pourtant, messieurs les caquistes, visiblement, du cash on en a (juste pas pour les profs, les infirmières, les préposées, les ressources et les personnes aux besoins particuliers…):

1.1 million à Guy, l’ami de Fitzgibbon qui prend la tête de Investissements Qc
ET
120millions pour la construction


L’argent ne pousse pas dans le coeur de « celles qui quémandent » pour autrui et pour le bien commun…clairement.
Toutefois, c’est étonnant comme de l’argent il y en a quand il s’agit de graisser certains cochons au pays de la collusion ou encore des secteurs qui ont un lobby féroce.

Oui. Je suis en colère. Pour mes enfants, les vôtres. Pour nous. Pour les femmes. Pour les personnes en situation de handicap. Je suis en colère pour mes ami.es profs, pour le manque de soutien de la population envers elles (et eux) et pour les conditions d’apprentissages pas mal semi qu’on offre à nos enfants en se pétant les bretelles devant les caméra. Je suis en colère pour l’avenir. Pour tusuite même. Ici. Maintenant. Je suis en criss. Les incohérences s’accumulent et la violence politique et budgétaire aussi…

Je laisse ici, en dessous de ce texte, des articles liés à l’éducation, aux petits maillages favorables aux plus riches, la construction, les femmes…

SVP Lisons! Ben oui! A défaut de se voir: Renseignons-nous et soyons en criss ensemble!

Les profs présentement sont en négociations. Supportons-les! Refusons les discours bourrés de MDMA et de desseins ben personnels de petits politiciens gribouillés qui cheap sur nos services publics pour nourrir des ami.es…

Soyons vigilant.es concernant les actions, les décisions et le prochain budget de la CAQ. Rappelons-nous que c’est nous qui payons les politiciens. Exigeons une opposition qui se tient et nous représente! Sollicitons-nos élu.es locaux! Appuyons les revendications des groupes communautaires.

Je ne nie pas les défis et l’importance de la crise sanitaire. Il y a toutefois, toutes sortes d’autres décisions qui se prennent et ont un impact MAJEUR sur nos vies et celles de nos petit.es. La démocratie ce n’est pas juste voter au 4 ans. C’est aussi être vigilant.es et exigeant.es pendant le mandat pour éviter de se faire passer du baratin de la taille d’un vieux chêne sans consentement sous un couvert d’état d’urgence…nous sommes essouflé.es et démobilisé.es, étourdi.es… Soyons strict.es! Solidaires, revendiquons, réfléchissons, refusons les aberrations, les abus et exigeons plus de cohérence, transparence et investissements dans nos institutions et services publics!
Soyons, constructivement, activement, en criss.

LECTURES POUR MIEUX VOIR:

Manque de services, pas de remplaçant.es

120 millions pour la construction

Pas de vacances pour les infirmières

Féminicides et refus d’investir dans les centres d’hébergement

1.1 million pour l’ami Guy, du ministre Fitzgibbon

Nomination ben douteuse de l’ami Guy à la tête de IQ

Plaidoyer en faveur d’une taxation, impôt plus juste

Laver et réutiliser les masques bleus

Les écoles paient pour recycler

Orthopédagogues délestées et disparues

Une consultation pour la réussite éducative maintenant? Really?

Tagué , , , , , , , , ,

S’en saisir, juste là

Assis.e sur une roche,
dans le silence de la neige qui craque,
émanant de la chaleur du soleil timide qui se pose sur votre coude quand il se faufile par la seule fenêtre crédible de votre
3 et demi,
exalté.e, dans la musique et les rires,
écrapou.e, sous vos enfants et inondé.es de caresses, de poésie, de gestes doux
ou
juste là,
bien. pour rien.
dans le vif et la lumière,
la douleur, le vent qui arrache et l’absurde…

Gossés à notre image, le bonheur pis l’amour
Enivré.e à votre source, saoul.e de joie brute

ici.
maintenant.

Bien. Pour rien.

Non sans heurt,
plus je me pose et inspire
plus ils s’ancrent et me poussent du coeur.
Imparfaits, subtils et sur le souffle,
en construction, parfois fragiles, sur des bases lentes à ériger, je les expérimente,
découvre parfois sans bouger.

Je les laisse être & me prendre
pas toujours docile, indomptable même, fougueuse mais reconnaissante
Immatériels et intangibles.
Là.

J’apprends, m’y jette et m’y vautre.
Conquise, j’accueille et suis sans abdiquer, me trouve, m’assemble et m’habite.
Morceau par morceau.
Juste là.
Et
J’aime.
Immense. Gratis.
Et d’un swing aussi naturel que large, je déclame, la bouche en coeur en avalant le frimas:
que notre amour soit!
Grand, authentique, vagabond ou racine
sans raison
sans plan ni intention autre qu’aimer juste
et juste parce que.
Sans rancoeur, sans dentelle, sans certitude, ni filet.
Ici,
pour la suite pis la trace.
Aimons.

Crédit: Sage Rebelle photos

Tagué , , , ,

promo: la naissance d’une petite étoile

Entrevue avec mes utopies, mes inspirations pour l’écriture de mon conte La naissance d’une petite étoile, produit par Hélène McKoy de la Corporation d’animation des places publiques, illustré par Zita Castongay.

Tagué , , , , , , , , ,

Gros comme un sanglier, j’te jure!

J’écris tendrement des phrases passives agressives pour un projet.
Inspirée de ma rocambolesque vie de dating, croulant sous du contenu digne d’un Cyrano saoul de série B, je focus sur mon coquet cahier ligné;
touttt ça plutôt que de cinquàsepter sur une terrasse frett en hochelagadie ou sur un toit sexy du vieux Montréal, quand j’entends, tout à coup, un gros KEKLOW!
Silence.

Suivi de kekekleukeklow plus ou moins acharnés, volontaires et rythmés. Un genre de break beat de vieux raver qui pensent bien bouger vers 8am après une grosse nuit en 2001.

Après anxieuses quêtes et validations auprès de mes voisin.es, question de savoir s’il ou elle ne se sont pas échappé les rotules sur l’prélart, je découvre la provenance du beat. 😳
JesusMarieJoseph!

dÉdans mon plancher.
Ou
dÉdans mon plafond.

Selon où, sur l’axe vertical de mon appart, on se trouve.

Un rat!
Un rat simonac!
Sous mes pieds ou au dessus de ma tête, qui, avec la vigueur d’un bébé sanglier, se tortille. Frénétique, il essaie de se sortir la tête d’une trappe qu’on a récemment posée, parce que monsieur, ou madame, scient et grignottent les 2 x 4 a’ec leurs p’tites dents de lait et empêche ma progéniture et mon sommeil de s’apaiser.

Prenant mon courage…
Hehehe! J’APPELLE MA VOISIIIINE!

Prérequis de la sélection : elle rit gentiment de ma détresse, a de l’expérience en campagne et un fils ben relax. (Chacun.es ses skills!)
Hilare, me suggérant une recette de tartare, elle tend un jogging à son fils en bobettes qui travaillait sagement, et m’envoie son héro qui traverse la cours pour « m’aider » à vaincre la bêêêête.

Solidaire as f*ck, pendant qu’il sort l’intrus du plafond et assomme le souffrant qui a la tête pognée dans la guillotine à rongeurs, je sors de la pièce et entreprends aussi naturellement que possible  de meumeumer un vieux succès de l’été de mes 11ans, touttt ça enfermée aux toilettes. Une rencontre pop-gore un brin douteuse entre ma tune et   l’assassinat du rat…

Fière de ma riche contribution, je laisse partir mon preux voisinage sous milles mercis et sans orgueil aucun, je lâche mon amertume pis ma poésie initiale, et me dis en chantonnant ma nostalgie,
C’est bon.
Je peux avoir 40ans.
I totaly own my shit. 😂🐀

P.s je vous souhaite pour vrai, des voisin.es comme les mien.nes et en cas, juste en cas, je vous laisse mon soundrack du courage

douadididididamdididou

Tagué , , , , , , ,

La deuxième cymbale

Desfois, on avance pour pas chocker.
Même si on y croit semi.
Tu le sais.

D’un coup qu’après le rush, les larmes et la douleur, on ait encore le goût de quelque chose; du pain neuf, du vin orange, des bisous de nos enfants, du vent dans la face quand on descend la côte Sherbrooke en bicik, le goût de créer et de rêver encore. D’un coup que ça soit assez le réel faillible pour être joli ici.. malgré le bordel, la bêtise, les mentis, le triste, la perte et la souffrance.

Sonnée comme la deuxième cymbale la première fois que l’autre lui rentre dedans, on avance pareil. Lucide. Chevrotante. La gueule en sang. Une foi bizarre nous fait jaser tuseule et croire que c’est possible, que crochue pis amochée on est quand même belle et que construire encore dans nos débris nous renforce le patrimoine.

Anyway, On se remet de toutt..

Cause I got an elastiiiic heart. Qu’on se sifflote pour y croire un peu…
Ouais, il y a toujours de l’espoir malgré les connards, les toxiques, les teigneux, les échecs, le vile, le compliqué, le pas juste et le fatal…qu’on ne verra pas péter la planète dans une lente agonie, qu’il reste des possibles dans l’asurde, des gains dans la perte, que les bisous c’est ben assez pour tenir encore deboutte et que le vent dans la côte tu ne l’as pas toujours dans face…

Chaque fois que ça te pogne.
Toi aussi.
Viens que je sifflote…
X